Print Friendly, PDF & Email

Un Français, selon les bien pensants… En effet. Mais un Français originaire de Tchétchénie qui est la poubelle de la Russie, comme Molenbeek l’est aux yeux de Donald Trump.

C’est donc bien un musulman radicalisé, déjà repéré par la police, qui a commis le récent attentat de Paris. Il a même signé son crime : « Allah akbar ! ». Et Daesh s’est empressé d’applaudir à cette nouvelle preuve que l’islam restera dangereux, tant que les musulmans se cacheront derrière des arguments fallacieux, tels que « Pas d’amalgame« , « C‘est un chiite, pas un sunnite » ou « C‘est un sunnite, pas un chiite » pour ne pas mettre de l’ordre dans les mosquées.

Au même moment, la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans, avouait piteusement qu’elle possédait une liste de quelque 50 terroristes habitant sur la commune. Elle n’en a rien fait, car « ce n’est pas le rôle de la police locale de procéder aux arrestations » et elle « dispose d’un pouvoir administratif, pas de pouvoir sur la police (elle n’est) pas un shérif« .

Elle a évidemment raison. Sauf qu’humainement, elle aura de la peine à faire avaler ces arguments aux familles des victimes d’attentats et à ceux et celles qui ont survécu, marqués à vie dans leur chair et dans leur âme… On préfèrerait que la police arrête des terroristes en puissance plutôt que de verbaliser des automobilistes dépassant de 5 km/h la limite de 30 km/h dans une rue déserte…

IL Y A DES MOMENTS OU UN(E) BOURGMESTRE DOIT SAVOIR FAIRE PASSER LA SECURITE DES GENS AVANT LA BIEN-PENSANCE. SCHEPMANS NE L’A PAS FAIT. 

Le pourrissement de Molenbeek relève dans l’entière et unique responsabilité de Philippe Moureaux. Une besogne de destruction relayée par sa fille, Catherine Moureaux, qui entretient des liens très forts et amicaux avec les extrémistes turco-musulmans – cela promet des lendemains qui chantent, si par malheur cette parachutée devenait bourgmestre, entourée de sympathisants des terroristes, tels Jamal Ikazban. Notre photo la montre en compagnie d’un extrémiste turc, supporter fervent d’Erdogan, et de Carlo Crespo, responsable du MRAX, qui ne dédaigne pas d’afficher son amitié pour un négationniste du génocide arménien.

Pour le PARTI POPULAIRE, dès qu’une liste de terroristes est établie, sur des critères résultant d’enquêtes minutieuses, il ne faut pas hésiter une seconde : c’est l’arrestation et l’expulsion. Nul besoin d’avocats, intéressés seulement par leur image médiatique et l’argent facile, versé via les réseaux islamistes, pour défendre les « pauvres jeunes gens victimes de la société des Blancs« .

Il s’agit de sécurité publique, tout de même ! Si la liste, en possession de Françoise Schepmans, avant les attentats de novembre 2015 et mars 2016, avait provoqué des expulsions, plus de 250 vies humaines auraient été épargnées ! Rien que pour cela, un(e) bourgmestre doit prendre ses responsabilités et oser affronter la bien-pensance.

Dans le cas de terroristes, le distinguo entre « pouvoir administratif » et « pouvoir sur la police » est indécent. La moindre des choses est de déchoir les individus décelés de leur nationalité belge, puisque la plupart détiennent la double nationalité. En choisissant l’Etat Islamique, ils ont choisi de ne plus être belges. Et on paie même leur ticket d’avion.

PAS DE PITIE POUR LES RADICALISES : ILS ONT CHOISI L’ETAT ISLAMIQUE CONTRE LA BELGIQUE. DEHORS ! 

Que la justice belge tergiverse pour expulser des terroristes avérés qui paradent encore à Verviers, avec la complicité de la majorité socialiste, relève sans doute du surréalisme belge, mais surtout du mépris de la caste politicienne pour la sécurité du simple citoyen.

Mischaël Modrikamen : « Le Parti Populaire expulsera massivement l’ensemble des radicalisés du territoire belge. Ce sont des assassins en puissance comme l’attentat de Paris le démontre encore une fois. Nos dirigeants sont des lâches et portent la responsabilité des victimes innocentes. »

D.K.

Commentaires