Print Friendly, PDF & Email

En 2017, 45.601 ordres de quitter le territoire ont été émis. Seuls 8.536 ont été suivis d’effet, soit 18,7 %. Minable, mais il y a des explications. 

Vilipendé par les Grandes Consciences ‘subsidiées), Theo Francken (N-VA) défend son bilan… comme il peut. Les ordres de quitter le territoire ont augmenté : en 2017, ils furent 45.601 à se voir indiqué la frontière, mais seuls 8.536 l’ont franchie (voir les chiffres du ministère de l’Intérieur : https://ibz.be).

Si nous comptons bien, cela donne 37.065 illégaux de plus, circulant sur le territoire belge. Quels sont leurs moyens de subsistance ? Mystère. Les CPAS ont reçu l’ordre de ne pas divulguer le montant des aides aboutissant dans la poche d’illégaux. Où vivent-ils ? Majoritairement à Bruxelles et Anvers, plus précisément à Borgerhout., selon des estimations de la police fédérale.

Dans ces endroits, les illégaux sont protégés par leur communauté : musulmane, évidement, mais aussi africaine, albanaise, bulgare et sud-américaine.

Pourquoi de si pauvres résultats (18,7 % de renvois effectifs) ? Bart De Wever (N-VA) met le doigt sur la plaie : « Le MR a empêché la N-VA de réaliser son programme » (voir notamment  https://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3420292/2018/05/05/Bart-De-Wever-Premier-Ministre-Plutot-amusant-reagit-Charles-Michel.dhtml).

Il est évident que le MR est tarabusté par son aile gauche, partisane d’une coalition avec le PS, au mépris du résultat des élections ) venir. En ce moment même des organisations subsidiées (Unia, Ligue des Droits de l’Homme, CNCD11.11.11,Mrax…) mènent campagne en faveur du PS et d’Ecolo auprès de leurs militants et dans des meetings.

Les huiles du MR n’y sont pas insensibles.

Dans le dossier brûlant des flux migratoires et, en corollaire, des expulsions, les partis traditionnels marchent sur des oeufs. Les belles intentions ne dépassent jamais le stade du discours, au mépris de la population qui aspire à vivre en paix. La présence d’illégaux et le laxisme à l’égard des expulsions légitimes et justifiées est un facteur d’insécurité.

F.M.

Commentaires