Print Friendly

Deux des frères Saouti ont été inculpés mercredi dernier pour terrorisme à Anderlecht, la France étant particulièrement nerveuse et craignant des attentats le 14 juillet. Ce que la police belge a trouvé chez eux ne laisse aucun doute…

La DH retrace le portrait de ces deux crapules et montre à souhait que les milieux de la petite criminalité sont très proches dans nos riantes communes du Nord-Ouest de Bruxelles, des musulmans radicalisés. Après les frères Abdeslam, les frères Saouti!

Le frère aîné, Mohamed Saouti, court toujours. Quelle charmante famille.

Les frères Saouti ont attaqué le 22 avril 1999 le bureau de poste des abattoirs d’Anderlecht. Ils étaient tout jeunes !  Volet métallique des guichets démoli à la hache. Argent volé dans un sac de sport. Tir avec un 357 Magnum : des enfantillages… Les deux hommes quittent les lieux mais Akim Saouti rate une marche, glisse, et la Volvo car-jackée conduite par un troisième homme, part sans lui. L’un des suspects, Michael Sainz Menero, sera tué par la police dans un entrepôt. Bon débarras.

Akim Saouti, lui, sera confondu plus tard (lorsqu’on prend son ADN dans une autre affaire) par son ADN, laissé sur la cagoule abandonnée sur les lieux. Condamné en 2001 à sept ans de prison par la cour d’appel de Bruxelles, il sera « libéré » le 25 décembre 2002, par son frère Khalid Saouti, alors âgé de 23 ans, qui prend sa place pour permettre à son aîné de passer Noël en famille ! A la prison, on s’en aperçoit trop tard. Khalid Saouti sera condamné à un an de prison avec sursis. La justice estimait évidemment que ce n’était qu’une peccadille !

Mohamed Karay et Saïd Saouti, la sympathique jeunesse d’Anderlecht

Le plus jeune frère, Saïd, a lui été condamné à six ans de prison pour braquages violents, et dans le dossier de terrorisme de son club de moto Kamikaze Riders, proche de Sharia4Belgium, qui vient de faire parler de lui, pour sa préparation d’actions terroristes.

Un bilan particulièrement lourd pour une famille profondément ancrée dans le milieu bruxellois de la petite et ensuite grande criminalité. Un peu le même pedigree que les crapules de la famille El Bakraoui qui se sont fait sauter à l’aéroport de Zaventem.

Bruxelles, ma belle…. Quelle belle évolution grâce à la clairvoyance de nos politiques, qui ont développé une immigration de qualité pendant tant d’années, transformant certaines communes de Bruxelles en un trou infâme.

C.T.

Commentaires