Print Friendly, PDF & Email
En Belgique, la fraude sociale est un job qui rapporte : rien qu’en 2017, 8.884 infractions ont été constatées, soit… 24 par jour. Et pour un total de 266 millions détournés. En clair, le contribuable honnête se fait gruger de 728.767,12 euros par jour !
Du côté des fraudes au chômage, c’est encore pire : les inspecteurs de l’ONEM ont verbalisé 17.485 fraudeurs pour un total de 34,6 millions d’euros (chiffres communiqués par le secrétaire d’Etat en charge de la lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer).
Un sacré boulot, car d’année en année, la fraude ne cesse d’augmenter. Il s’agit de fausses domiciliations (pour un montant astronomique de 24,3 millions !), de fausses situations de ménage et même de polygamies…
En 2017, 600 visites domiciliaires ciblées et non-annoncées ont été menées afin de constater si la composition des ménages était bien celle déclarée à l’ONEM – au grand dam de la Ligue des droits de l’homme et d’Unia, qui hurlèrent à « l’Etat policier ». Le résultat est accablant : 1 cas sur 3 présentait un caractère frauduleux.
LES BIEN-PENSANTS, LE PS, ECOLO ET DéFI FONT TOUT POUR EMPÊCHER LA DETECTION DES FRAUDES SOCIALES, CONSTATEES NOTAMMENT LORS DE VISITES DOMICILIAIRES…
Le constat de fraudes se répartit principalement entre trois grandes villes : Bruxelles (2.742 fraudes constatées), Liège (2.568) et Anvers (2.529).
C’est énorme et cela montre combien Bruxelles, la plus petite région du pays, est un vrai refuge à fraudeurs. Depuis sa nomination en tant que bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever a fait sérieusement baisser le nombre de fraudeurs – mais pas assez : l’administration, nommée par le précédent bourgmestre socialiste, Patrick Janssens, freine et sabote littéralement la lutte contre les fraudes sociales (signalé dans Het Laatste Nieuws, 18/06/2018).

Selon des informations confidentielles que nous avons pu obtenir, la plupart des fraudeurs sont des personnes qui n’ont jamais cotisé aux caisses sociales avant d’en bénéficier.

Un chiffre nous manque : des fraudes pour un total de 266 millions, mais l’Etat va-t-il les récupérer ?

Le PARTI POPULAIRE a inscrit la justice sociale dans son programme. Une justice pour tous, sans favoritisme. Pas de « discrimination positive » qui est une forme de racisme. Pas de mises à l’écart de Belges de souche dans les listes d’attente pour un logement social. Un contrôle strict et régulier des bénéficiaires, dès l’octroi d’une aide sociale ou d’une allocation. Si la fraude est le fait d’individus détenant une double nationalité, il faudra envisager le retrait de la nationalité belge et le renvoi hors de notre pays. La justice sociale, c’est avant tout le respect de ceux et celles qui jouent le jeu honnêtement ! 

A.D.

Commentaires