Print Friendly, PDF & Email

Le Président Macron est très inquiet. Entre deux insultes contre Viktor Orban, Premier ministre de Hongrie, et Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien, il s’adonne à l’astrologie. Et d’annoncer un retour des années 30 – à cause des « populistes » qui ne pensent pas comme lui, évidemment. Et si Macron et les bien pensants de gauche nous avaient déjà entraînés dans un remake des années 30 ? 

Au plus bas dans les sondages (29 % de satisfaits, selon le sondage Ifop de ce début novembre à consulter en cliquant ici – une chute de 4 points en un mois !), Marron joue sur la peur.

Dans l’inconscient collectif, « les années 30 », c’est la montée du nazisme, la course à la guerre, l’embrigadement des esprits par des aventuriers sans foi ni loi. Les « années 30 », cela fait penser aux folies hitlériennes, à une gestuelle destinée à frapper les imaginations.

De ce point de vue, le montage photo, ci-dessous, montre où Macron a trouvé son inspiration.

Certes, Macron n’en arrive pas à préconiser l’élimination des Juifs, mais il refuse de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat juif (voir le reportage du Monde).

Mais surtout il s’acoquine avec des ennemis de la France, des Européens et des Blancs. Nous en publions un florilège éclairant ci-dessous.

L’appel à une « purge » des policiers a été lancé à l’occasion des festivités d’Halloween (ici, l’article du site 7sur7). Vous pouvez retrouver ici la vidéo de l’appel à piller la France), ainsi que l’appel d’Assam Traoré à la guerre raciale totale (voir ici). Quant au rappeur Nick Conrad, on connaît sa scandaleuse vidéo raciste anti-blancs… qui lui a valu de passer sur toutes les télévisions afin de se justifier, prétendre qu’il n’y a pas « d’appel à la haine raciale » (remplacez « blancs » par « noirs », et les bien pensants vous expliqueront ce qu’est un appel à la haine raciale…). Dans un autre cas d’appel à la haine, le rappeur Médine (auteur de l’étonnante phrase « crucifions les laïcards à Golgotha« ) a reçu l’appui du premier ministre français, Edouard Philippe, prenant la défense de son « ami Médine » au nom de la « liberté d’expression » (voir ici l’article du Monde et la vidéo de l’inoubliable oeuvre d’art de Médine).

Dans quelques années, on parlera, non plus du retour aux années 30, mais du retour à l’année 2018…

Examinons les choses de plus près. La « guerre totale », cela ne vous rappelle rien ? Eh bien, oui, le « bon docteur » Jozef Goebbels exaltant la « guerre totale » devant un Sportpalast berlinois en délire, le 18 février 1943. A notre connaissance, l’appel à la haine d’Assam Traoré n’a pas fait l’objet de poursuites judiciaires, ni d’ouverture de dossier par les ONG antiracistes ou chargées de la défense des droits humains…

Autre rapprochement : l’appel à l’extermination sur base raciale, les blancs par Nick Conrad (année 2018), les Juifs par Adolf Hitler (voir ici). La justice ne poursuit pas Nick Conrad.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme (photo ci-dessus), prompte à condamner les « blasphèmes contre Mahomet » (cliquez ici) ne s’indigne, ni de la montée du nouvel antisémitisme importé en Europe, ni de la haine répandue à l’égard des populations blanches de peau. Il est vrai que cette « cour de justice » est dominée par les idéologues de gauche – et la gauche fut historiquement à la base de l’antisémitisme.

Ne vous laissez donc pas influencer par les discours allusifs au « retour des années 30 », tenus par ceux et celles qui visent à vous faire taire. Les références aux « années les plus sombres de notre Histoire » et au « retour de la bête immonde » ne sont que des pièges tendus par des bêtes immondes, bien installées au pouvoir, dans les gouvernements bien pensants, dans les cours de justice aux magistrats gauchisants, les journaux à la solde du pouvoir (comme c’était le cas… dans les années 30 avec le Völkischer Beobachter nazi ou la Pravda soviétique). Le vrai « retour aux années 30 », c’est la volonté des bien pensants de ne pas donner la parole aux peuples, notamment en Europe, et de l’étouffer sous une chape de mensonges, de faux semblants destinés à dissimuler l’échec de leurs politiques traditionnelles – demandez leur avis aux classes moyennes, aux pensionnés, aux exclus de la société et, surtout, aux jeunes qui fuient la vieille Europe pour voir leur savoir-faire reconnu à sa juste valeur. L’année 2019 sera l’année de l’espoir et du retour à la parole des peuples qui ont fait la grandeur de l’Europe.

D.K.

 

 

Commentaires