Print Friendly, PDF & Email

Le grand clown comique du parlement européen est dans ses petits papiers. Plus exactement, dans des papiers tombés du Paradis (Paradise Papers).

Ses explications n’ont convaincu personne. Au cirque Bouglione, il se serait fait huer.

Or donc, Guy Verhofstadt est un homme très occupé. De 2010 à 2016, il a fait partie du comité de direction du Groupe Exmar. Ce qui lui a rapporté la modique somme de 420.000 euros (60.000 par an), en plus de ses émoluments au parlement européen et quelques autres mignardises. Il est vrai qu’avec un salaire annuel de 153.912,6 euros annuels (salaire d’un député, hors frais remboursés et autres indemnités), on survit à peine, on a des fins de mois qui commencent le 17…

L’ennui, c’est que Exmar se retrouve dans la liste des fraudeurs épinglés par les Panama Papers. En 1997, le Groupe Exmar a créé Exmar Offshore, aux Bermudes, dans ce triangle où ne disparaissent pas que les avions, mais surtout les millions de dollars échappant à l’impôt.

Un des grands patrons du Groupe Exmar, Nicolas Saverys, Exmar Offshore est « une compagnie dormante (…) sans grande activité ». De là à conclure qu’il s’agit d’une société destinée à cacher de l’argent, il n’y a qu’un vol de mouettes… D’autant plus que le même Savery déclare que c’est « le devoir d’un manager d’utiliser les routes les moins taxables ».

Une route qu’a allègrement traversée notre Guy (inter)national qui aurait pu, en 7 ans de présence dans le Groupe Exmar, s’inquiéter des activités de cette bizarre société aux Bermudes.

Comme d’habitude en ces cas-là, Guy a hurlé « qu’il ne savait de rien ». Bref, qu’on lui laisse l’occasion de faire la morale… pour les autres. Il est payé pour ça. 573.912,5 euros par an.

Commentaires