Print Friendly

Dans toute entreprise privée, même pas modèle, quelqu’un qui vole dans la caisse se voit renvoyé sur le champ et, si nécessaire, présenté devant les tribunaux. Même dans la mafia, un membre pas très réglo risque de se retrouver au fond de la mer, un bloc de ciment coulé autour de ses mollets.

Seule une entreprise échappe à toute forme de sanction : la caste politique et, plus précisément, parlementaire.

Démonstration. Un parlementaire, ayant tripatouillé pendant 20 ans, recevra une pension de 4.250 euros. Un vrai travailleur, hors du cirque politique, aura droit à une pension de 1.169 euros, après 30 ans de carrière.

Pourquoi cette différence dans les montants et le nombre d’années ? Parce que, pour pouvoir s’offrir de plantureuses pensions, les parlementaires doivent pousser vos pensions vers le bas. Et il y a une raison à cela : les caisses sont vides !

Question : où est passé l’argent cotisé par des millions de travailleurs depuis l’instauration du système des pensions ? Il a été détourné par ces politiques qui, aujourd’hui, vous reprochent presque d’être en vie. L’argent, qui aurait dû être réservé aux seules pensions, a été détourné, souvent pour combler des trous dans le budget de l’Etat.

Pour dire les choses plus platement : les parlementaires à 4.250 euros la pension ont détourné l’argent qui auraient dû servir à vous payer des pensions décentes.

Un exemple qui dit tout : le fonds de vieillissement. Instauré en septembre 2001 par Johan Vande Lanotte (SP.A), membre du gouvernement Verhofstadt, cette manne devait assurer le paiement des pensions entre 2010 et 2030. Elle fut alimentée, entre autres, par les dividendes de Belgacom, dont l’Etat est actionnaire, et la réévaluation de nos réserves d’or. Au 31 décembre 2015, les actifs du Fonds de vieillissement s’élevaient à 21,5 milliards.
Ce que les gouvernements se sont bien gardé de révéler au grand public, c’est qu’ils n’alimentaient plus le Fonds depuis 2010 – tout juste l’année où ce Fonds devait commencer à soutenir les pensions !

Les pensionnés peuvent donc estimer que les partis traditionnels (PS,MR, CDH, Ecolo, DéFI, qui ont tous participé au pillage du Fonds de vieillissement) leur ont volé leurs pensions décentes pour les remplacer par des aumônes.

Et, comme c’est bizarre, la charge financière des pensions de parlementaires jusqu’en 2035 est estimée à 21 milliards (estimations du Bureau du Plan). Bizarre… Vous avez dit « bizarre » ? Comme c’est étrange…

F. Molnar

Commentaires