Print Friendly

C’est une des priorités du Parti Populaire, mais les partis traditionnels (PS,MR,CDH,Ecolo, DéFI) et même le PTB n’en font pas grand cas. Les petits commerçants, les indépendants qui travaillent des 80 heures/semaine méritent d’être encouragés et, le cas échéant, secourus.

Ainsi, le commerce local, à Namur, est en pleine perdition. En trois mois d’été, 55 commerces ont fermé leurs portes. Le mythique cinéma Eldorado, indépendant des grandes chaînes d’origine française ou flamande (UGC et Kinepolis) a connu sa dernière séance et appartient désormais au passé.

Le petit commerce est une source de revenus importants pour la richesse d’une région et d’une ville. Une cité sans petits commerces est appelée à mourir et à sombrer dans la désertification et l’insécurité.

Ce ne sont pas les grandes chaînes multinationales qui font la différence. Ainsi, à Bruxelles, dont le centre est durement frappé par un piétonnier forcé et mal pensé, le MR local se félicite de l’arrivée de nouveaux commerces dans le Centre Monnaie rénové.

Mais à quoi servent des commerces de vêtements à proximité de la rue Neuve qui en est pleine ? Les trois chaînes annoncées (Uniqlo, Kiabi et Decathlon) ont déjà enterré les petits commerces qui subsistaient sur les grands boulevards de la capitale. Kiabi est déjà présent à Dockx Brussels, le centre commercial installé près du pont Van Praet. Decathlon propose aussi ses articles de sport à Anderlecht. Uniqlo, chaîne japonaise de vêtements, possède des enseignes à Anvers et Wijnegem.

Tous ces géants du commerce sont comme des météores venus d’ailleurs et tombant dans un quartier – pas seulement à Bruxelles. Ils ne participent pas à la vie locale, n’enrichissent pas un secteur et ne versent pas énormément d’impôts. Leurs bénéfices filent à Paris, à Tokyo mais pas dans les caisses de l’État belge.

On en a fait l’expérience avec le géant anglais, Marks & Spencer, revenu s’installer à Bruxelles, dans le quartier Louise. À peine un an après, le conseil d’administration, à Londres, a décidé de fermer sa succursale belge ! Un chancre de plus, à proximité de la galerie Louise, en pleine capilotade. Il ne nous reste plus qu’à marquer notre solidarité avec les employés de Marks & Spencer, jetés à la rue.

Un des points du Manifeste du PP préconise : « Les entreprises paieront 15 % d’impôts, mais toutes devront le payer (PME belges et multinationales ». C’est loin d’être le cas actuellement. Les partis traditionnels, féroces pour les petits commerces belges, se montrent plus que laxistes à l’égard des multinationales. Avec la conséquence que toutes les décisions les concernant sont prises à l’étranger et qu’elles ne paient que très peu d’impôts, tandis que leurs bénéfices belges filent ailleurs.

Il est temps de changer !

Commentaires