Print Friendly, PDF & Email

Les ONG, comme S.O.S. Méditerranée, disposent de moyens pour se payer des agences de communications – la plupart, basées aux Etats-Unis comme les bureaux de George Soros. Ces organismes sont passés maîtres dans la diffusion de fake news. La « misère » des migrants est un de ces enfumages.

On a connu le mensonge à propos des Soudanais rapatriés qui auraient été torturés dès leur retour au pays. Faux. On nous a vendu les Syriens « fuyant la guerre ». Faux : les Syriens chrétiens les plus persécutés sont restés au pays et recommencent à bâtir leurs maisons pillées ou détruites par les musulmans ; les autres, déferlant en masse sur l’Europe, sont des envahisseurs qui ne prennent pas les armes pour défendre leur pays.

IL FAUDRA QU’UN JOUR, LES ONG RéPONDENT DE LEURS MENSONGES DEVANT La justice des peuples envahis

Autre carabistouille inventée par les ONG : « Ces gens ont tout perdu ». Surtout leurs papiers d’identité, que les mêmes ONG leur conseille de jeter à la mer, afin de faciliter leur accueil en Europe.

Personne ne remarque que ces gens-qui-ont-tout-perdu possèdent des smartphones dont l’abonnement a été payé. Forcément : ils leur ont été offerts par les ONG elles-mêmes, qui leur apprennent comment s’en servir pour appeler les autorités maritimes dès qu’ils entrent dans les eaux territoriales de l’Italie, par exemple.

Croyez-nous : ce ne sont pas des réfugiés » ou des « migrants » : leur migration s’arrête en Europe et dans les pays où les aides sociales sont les plus avantageuses. En Allemagne, moins d’un tiers des « migrants » arrivés depuis 2015 exercent un travail.

 

Commentaires