Print Friendly, PDF & Email

LES CHIFFRES NE TROMPENT PAS !

Les partis traditionnels et la bonne presse continuent à nous bassiner les oreilles avec des formules telles que « l’immigration sauvera nos pensions », « les immigrés compenseront le vieillissement de la population ». Mensonges ! La réalité est toute autre.

Il suffit d’examiner les chiffres.

17 %

C’est le nombre d’immigrants ANALPHABETES, régularisés en Belgique sous le gouvernement Michel. Ils ne trouveront jamais un travail stable. Ils ne cotiseront jamais à la Sécurité sociale (voir notre article « La gauche, fossoyeur de la Sécurité sociale »). Mais ils bénéficieront de tous les avantages de cette dernière, ainsi que de toutes les allocations créées pour les Belges, à condition qu’ils cotisent.

62 %

C’est le nombre d’immigrants qui détiennent une instruction de niveau primaire (la plupart du temps, sans la moindre preuve d’un diplôme). Le gouvernement Michel les a accueillis en Belgique. La majorité ne trouve pas de boulot. Aujourd’hui, pour trouver un emploi en Belgique, il est préférable (voire indispensable) de détenir un diplôme d’études supérieures et de parler 3 langues, de préférence. La plupart des nouveaux immigrants ne parlent aucune de nos langues nationales (français, néerlandais, allemand) ; ils ne maîtrisent pas l’anglais. Pour obtenir les papiers nécessaires à leur régularisation, il faut mobiliser des interprètes de langue arabe… aux frais du contribuable belge.

47 %

Afin de préserver le mensonge « les immigrés vaut sauver notre sécurité sociale », les instances officielles refusent de révéler l’origine des bénéficiaires d’allocations sociales. Des études universitaires et les services de l’Union Européenne ont établi que 47 % des migrants, venus hors d’Europe, ne pourront jamais s’intégrer dans le marché du travail. Si on veut une preuve supplémentaire : l’Allemagne, qui a accueilli 1,2 million de migrants, depuis 2015, se retrouve dans une situation inextricable. Mme Merkel a fait croire à ses compatriotes que les migrants étaient tous des Einstein en puissance. La réalité, c’est qu’ils ne disposent d’aucune qualification.

70 %

La conséquence des chiffres précédents : 70 % des bénéficiaires d’allocations en tous genres sont d’origine extra-européenne ! Comme la plupart ne travaillent pas ou occupent des emplois précaires (et parfois fictifs) dans des entreprises éphémères qui ne paient jamais les lois sociales, il faudra nous expliquer comment ils vont « sauver notre système des pensions ».

rejoindre Parti PopulaireLe Parti Populaire est le seul parti à dénoncer cette véritable bombe qui va détruire notre société belge.

Les gouvernements réunissant les partis traditionnels ont joué aux mécènes généreux (avec notre argent de contribuables), continuent à mentir sur les réalités de l’immigration, et nous préparent un avenir catastrophique – pour les travailleurs, pour les pensionnés, pour les générations futures ! Et ces mêmes gouvernements « oublient » de signaler que ces immigrants non-cotisants arriveront, eux aussi, à l’âge de la pension – avec l’argent de qui va-t-on les payer ?

Le Parti Populaire en a assez d’entendre le gouvernement Michel culpabiliser les travailleurs. A le croire, les travailleurs doivent cotiser pour leurs pensions, mais ils ont tort de vieillir, ils ont tort de réclamer leur dû. En accord avec Jacques Attali, qui préconise l’euthanasie des travailleurs dès l’âge de 65 ans, le gouvernement Michel aimerait bien des travailleurs cotisant toute leur vie et mourant à leur arrivée à la pension, afin de permettre de consacrer leurs cotisations à l’arrivée de nouvelles vagues d’immigration !

Regardez et partagez en masse la vidéo ci-dessous, « Bart De Wever a raison ». Et sachez que ce que le président de la N-VA dit aujourd’hui, Michaël Modrikamen, Président du Parti Populaire, le dit depuis 9 ans !

A.D.

Commentaires