Print Friendly, PDF & Email

Il serait bon de revenir aux faits, et de ne pas continuer à raconter des histoires aux Français.

« L’immigration est une chance pour la France. » On vous le répète depuis trente ans. Mais vous êtes de moins en moins nombreux à y croire. Au début, ce n’était qu’une impression, puis les faits et les chiffres sont venus confirmer votre intuition.

Sauf que les médias et la gauche continuent de s’accrocher à leur credo. Et, en pleine campagne électorale rattrapée par la question explosive de l’immigration, celle du passé (banlieues) et celle du présent (migrants), une étude de l’INED vient à point nommé soutenir ce dogme vermoulu.

Et les titres de toutes nos gazettes le reprennent en chœur. Les Échos : « Les immigrés en France sont plus instruits qu’on ne le pense. » Sous-entendu : vous pensez mal. Phrase d’accroche : « Selon une étude publiée par l’INED, les personnes qui viennent en France font souvent partie des groupes les plus instruits de leur pays d’origine. » Passons sur les nuances relativisantes : « souvent », « les groupes les plus instruits »

En effet, si vous voulez garder la foi, il vaut mieux vous en tenir au titre. Vous pourrez continuer à faire l’autruche. Mais, si on regarde le contenu de l’étude, il dément ces articles de foi auxquels on vous demande d’adhérer.

Le Monde – cela lui arrive – a été plus prudent et plus objectif.

Et cela dès son titre : « Certains groupes d’immigrés sont plus diplômés que la population française en général. » « Certains » ? Discriminons, car « discriminer », c’est d’abord une vertueuse pratique scientifique de chercheur. Et M. Ichou, de l’INED, a donc discriminé.

Comme vous vous y attendiez, ce sont les immigrés chinois qui sont 43 % à être diplômés de l’enseignement supérieur, suivis par les Roumains à 37 %, les Vietnamiens à 35 % et les Polonais à 32 %. Toutes ces catégories d’immigrés sont donc, effectivement, plus diplômées que les Français (27 %).

On regarde au-dessous de ce taux ? Les groupes immigrés moins diplômés que la moyenne des Français ? Tunisiens : 21 % ; Marocains : 19 % ; Algériens : 18 %.

Et si l’on rapporte, maintenant, ces pourcentages au nombre d’immigrés issus de ces différents groupes, on arrivera, scientifiquement, au résultat inverse de celui qu’affichent les journaux : nos immigrés, essentiellement issus d’Afrique, ne sont pas plus diplômés que les Français. Bien au contraire !

Mais cette étude appelle encore deux remarques. D’abord, même pour les groupes (Chinois, Roumains, etc.) à forte proportion de diplômés, certains de ces diplômes posent question. Les professions médicales (dentistes, etc.) savent bien qu’il est plus facile d’être diplômé en dehors de France qu’en France. Et les Français ont raison de s’insurger contre des numerus clausus drastiques pour nos étudiants français, alors que notre pays ouvre grand les portes à des étrangers bien moins qualifiés.

Enfin, notre faible taux de diplômés de l’enseignement supérieur pose, lui aussi, la question de l’immigration. Celle de l’incapacité de notre système éducatif et de notre société à intégrer les Français d’origine immigrée, qui sont – c’est encore une réalité statistique – nettement moins diplômés que la moyenne.

Non, la très grande majorité des immigrés, d’hier et d’aujourd’hui, ne sont pas plus diplômés que les Français. On peut en tirer les conséquences que l’on voudra. Mais il serait bon de revenir aux faits, et de ne pas continuer à raconter des histoires aux Français.

Source: http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/immigres-plus-diplomes-francais-parlez-bien-chinois,314151

Commentaires