Print Friendly

Ce jeudi 26 septembre, le groupe Sudpresse a consacré un espace important à une interview de Mischaël Modrikamen. Sudpresse (et la DH) sont des journaux où une certaine liberté de ton règne encore. Il faut s’en réjouir.

Le titre de l’article n’est peut-être pas le plus important du message. Une citation en exergue résume assez l’état d’esprit du Président du Parti Populaire : « Charles Michel m’a dit un jour que nous n’avions pas les mêmes valeurs. Oui, c’est vrai, je confirme ». La citation est incomplète. Il convient d’y ajouter : « Nous n’avons pas les mêmes valeurs : pour moi, ce sont nos concitoyens qui doivent avoir la priorité, pas les autres».

Très en verve, Modrikamen n’épargne rien ni personne. C’est vrai qu»’il assignera la RTBF et RTL en justice, mais pour des raisons de défense de la démocratie. Alors que ces chaînes ne cessent de donner des leçons de démocratie, de vivre ensemble et de citoyenneté, elles bâillonnent la parole du PP. Extrait de l’interview : « Le PP, c’est 3.500 membres, 120 sections locales, ce n’est pas rien (…) Je n’ai plus été invité à RTL depuis octobre 2010. A la RTBF depuis 2012 ». Pas étonnant après ça que « 35 % des Wallons et des Bruxellois nous connaissent. 35 % seulement ! ».

A la question (très) attendue sur la réputation extrême droitière du Parti Populaire : « Nous n’avons rien à voir avec l’extrême droite ! Ni avec le FN français, par exemple. (…) Nous sommes un parti de citoyens ordinaires, de gens venus parfois du PS, du MR, de gens attendant autre chose de la politique. (…nous sommes) un parti de rupture. (…) Nous récusons toute forme de racisme et personne n’a de leçon d’humanisme à nous donner. Ni en matière des droits de l’homme ! »

Tout cela sera rappelé dans une prochaine conférence de presse. Comme le conclut Mischaël Modrikamen : « L’alternative, c’est nous, pas le PTB ! »

 

Lire l’intégralité de l’article  en cliquant sur l’image ci-dessous :

Commentaires