Print Friendly, PDF & Email

Bon anniversaire, Israël ! Presqu’une vieille dame de 70 ans, mais toujours vaillante et miraculée. En 70 ans, le pays a subi de nombreuses guerres, des attentats à répétition et les trahisons des pays européens ainsi que de l’Union Européenne, gagnés à la cause « palestinienne »… n’étant même plus capables de se souvenir que la Palestine est historiquement la terre des Juifs ! Mais Israël résiste. 

C’est le le 14 mai 1948 qu’est proclamée la création de l’Etat d’Israël, par David Ben Gourion. Cette proclamation est intervenue après le vote du plan de partage de la Palestine mandataire le 29 novembre 1947 par l’Organisation des Nations unies (ONU). La « Palestine mandataire » est une allusion au mandat britannique sur ce territoire ôté à l’empire ottoman, qui avait soutenu l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. Le plan adopté par l’ONU prévoyait la création d’un État juif et d’un État arabe.

PALESTINE, TERRE DES JUIFS

Les textes sacrés du judaïsme, confirmés par l’archéologie, situent les débuts d’Israël aux derniers siècles du deuxième millénaire avant notre ère. Cette époque correspond à l’effondrement des grands empires égyptien et hittite.

Ce n’était que le début d’une histoire mouvementée et souvent tragique. Les invasions successives et les occupations territoriales se poursuivirent jusqu’au 20ème siècle de notre ère : Assyriens, Babyloniens, Perses, Grecs, Romains, Sassanides, Byzantins, Arabes (en 636 de notre ère). La région fut gérée par les Croisés, entre 1099 et 1260, avant de tomber aux mains des Mamelouks. Dès 1516, la terre d’Israël fit partie intégrante de l’empire ottoman. Cette occupation se poursuivit jusqu’en 1917.

Au travers de toutes ces vicissitudes, les Juifs sont restés présents. Ni les guerres avec l’empire romain (entre 66 et 73 et en 132 de notre ère), ni le massacre presque total des Juifs par les armées de l’empereur Byzantin Héracllius (628-629), ni les déportations de population n’ont mis fin à la présence juive dans la région. Un recensement turc, datant du 1893 établit la population de la Palestine à 400.000 âmes, dont plus de 200.000 Juifs.

La Palestine actuelle est donc bien une terre juive occupée par les Arabes. Certains font remarquer que cette occupation a débuté en 636 et qu’après 13 siècles, on ne peut plus parler d’occupation.

L’argument est fallacieux. En effet, l’Espagne fut occupée par les Arabes, de 711 à 1492. La reconquête par les Espagnols a bien chassé un envahisseur, un occupant. Les 7 siècles d’occupation donnent-ils des droits aux Arabes sur l’Espagne ? Certainement pas, puisque les Espagnols ont voulu se libérer du joug arabe, établi par les armes et dans le sang. Certes, certaines familles marocaines détiennent encore la clé de « leur » maison… à Cordoue ou Valence, mais cela relève du phantasme revanchard…

Les Arabes en terre d’Israël sont les descendants des envahisseurs du 7ème siècle.

LA « PALESTINE » MODERNE EST UNE INVENTION SOVIETIQUE

Israël ou Palestine ? Israël et Palestine ? C’est l’Union soviétique qui a inventé la Palestine et ses Palestiniens pour en faire un Etat. Une référence !

Mais la propagande de Staline et de ses successeurs a fonctionné à merveille. Aujourd’hui, on parle tout naturellement des « colonies juives », alors qu’un Etat ne créée pas de colonies sur son propre territoire !

En réalité, le nom « Palestine » est très ancien. Il découle d’un mot grec (Palestina), qui désignait la terre des Philistins (ou Peleset), « peuple de la mer » signalé dès le 12ème siècle avant notre ère dans des hiéroglyphes découverts en Egypte, à Karnak. La Palestine, terre des Juifs, est attestée depuis le 5ème siècle avant notre ère : l’historien Hérodote (vers 480-425 av. notre ère) en parle. Responsable de la destruction du second Temple de Jérusalem (132-135), l’empereur romain Hadrien (78-138) officialisa le nom : le territoire des Juifs s’appelait désormais « Palestine ».

Ni au temps d’Hérodote, ni sous le règne d’Hadrien, il n’y avait un seul Arabe sur la terre d’Israël !

La fiction de « l’Etat palestinien » a été imposée par l’Union soviétique, désirant mettre le Proche-Orient en flammes. La dépendance de l’Occident du pétrole arabe et la lâcheté des dirigeants européens ont fait le reste.

Le PARTI POPULAIRE, par la voix de tous ses membres, souhaite un joyeux anniversaire à l’Etat d’Israël, terre historiquement dévolue aux Juifs. Les célébrations ont bien commencé, par une quatrième victoire à l’Eurovision et le déménagement de l’ambassade américain de Tel-Aviv à Jérusalem. A part quelques Etats, signalés dans la liste ci-contre, qui ont cru bon d’être présents à l’événement, l’Europe boude.

Les absents ont toujours tort. En l’occurrence, ils ne font qu’attiser les haines à l’égard du peuple juif. Plus de trois mille ans d’Histoire montrent à suffisance que ce peuple parvient à surmonter toutes les haines, toutes les guerres, tous les massacres et toutes les volontés de le « rejeter à la mer », comme le souhaitait le grand mufti de Jérusalem, parent de Tariq Ramadan (le faux philosophe, ami des gauchistes) et conseiller d’Hitler dans l’extermination des Juifs d’Europe.

D.K.

Commentaires