Print Friendly, PDF & Email

Les robots ou les migrants. Faute d’un renouvellement suffisant des générations, le pays du soleil levant mise sur les nouvelles technologies pour compenser le manque de main-d’œuvre.

  • Le pays compte aujourd’hui 126 millions d’habitants. Ce chiffre est en déclin constant et devrait se stabiliser à 80 millions en 2050, avec à la clef.
  • Près du tiers de la population aura plus de 65 ans en 2025. Le pays pourrait certes s’ouvrir un peu plus à l’immigration, il n’y a que 2% d’étrangers habitants l’archipel. Mais il mise avant tout sur les nouvelles technologies pour lui apporter des réponses.
  • Parmi les exemples les plus criants figure le cas du BTP.

Des solutions se profilent, permettant à certains ouvriers de se démultiplier, littéralement. Komatsu, le grand fabricant nippon d’engins de chantiers, teste avec l’opérateur télécoms NTT Docomo, des pelleteuses pilotées à distance, grâce au déploiement de connexions en 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile. Avec un temps de latence de 2 millisecondes – ce qui est trois fois inférieur à la perception humaine – un pilote situé à des dizaines de kilomètres commande sa machine. L’intérêt étant que ce même pilote pourra bientôt conduire successivement plusieurs engins, sur des chantiers différents, en fonction de l’avancement des travaux. Son temps de travail quotidien sera optimisé, un atout précieux dans un pays où le taux de chômage est tombé à 2,2%. (…)

Une vaste gamme de robots pourraient s’imposer dans les foyers japonais. Tous n’ont pas l’allure sympathique du petit chien Aibo de Sony. Les robots ressemblent parfois à de grosses poubelles cylindriques dotées d’un écran au sommet et se déplaçant sur des roulettes. Mais ils sont stables, capables de surveiller les personnes qui les entourent, de répondre à des questions ou de les mettre en contact avec d’autres personnes à distance, de détecter des anomalies et éventuellement, de nettoyer le sol en se déplaçant!

Dans le registre de la mobilité, les Japonais ne manquent pas d’imagination. Retenons, par exemple, ce fauteuil roulant autonome: la seule manipulation à effectuer est de saisir sa destination sur son smartphone. Ensuite, le fauteuil se charge de tout, y compris d’éviter les personnes rencontrées sur le trajet.

Source : https://www.suavelos.eu/robots-telemedecine-5-g-comment-le-japon-prouve-que-la-technologie-permet-de-se-passer-des-immigres/

Commentaires