Print Friendly, PDF & Email

Le décès du sénateur et ancien militaire John McCain a inspiré les journaux du Soir : « John McCain : une vie au service des Etats-Unis ». Un titre à vous tirer les larmes.

Selon les bien-pensants, John McCain est un « héros » dont le grand mérite consiste à s’être opposé à Donald J. Trump. Mais avant cela, ce courageux militaire n’était pas vraiment le chouchou des médias.

En 2008, il briguait la présidence des Etats-Unis contre le candidat démocrate, Barack Hussein Obama. A cette époque, Le Soir ne trouvait pas de mots assez dénigrants contre le candidat républicain, qui avait choisi comme co-listière, Sarah Palin.

Cela se déchaînait contre le « bulldog » Palin, afin de moquer la candidature de John McCain. On mettait en doute ses qualités de leader, surtout après le choix de l’ancienne gouverneure d’Alaska.

Il aura suffi à McCain de vitupérer Trump pour rentrer en grâce auprès des médias « qui savent » et de la bien-pensance. Les mêmes qui avaient juré sa mort politique lui trouvaient soudainement des qualités hors-pair…

Il reste que John McCain était un homme remarquable. Né le 29 août 1936, il était un vétéran de la guerre du Vietnam. Capturé à Hanoi, en 1968, il fut emprisonné et torturé dans les geôles communistes pendant 5 ans. Sa libération, en 1973, montra les séquelles des mauvais traitements, au bras et aux épaules.

Sa popularité lui vaudra d’être élu à la Chambre des Représentants, en 1983, avant de devenir sénateur de l’Arizona, en 1987.

Ce fils et petit-fils d’amiral sut mourir en soldat. Atteint d’un cancer du cerveau incurable, il renonça au traitement qui lui aurait permis de survivre quelque temps. Il allait avoir 82 ans.  

 

 

Commentaires