Print Friendly, PDF & Email

Quelle justice le citoyen peut-il encore attendre en Belgique. Dans le cas du meurtre de Julie Van Espen, elle Conseil supérieur de la Justice parle d’un « couac ». Réduire un drame, la douleur des proches à un « couac » ; cela démontre que le personnel de la Justice est complètement hors-sol. Laisser en liberté un violeur récidiviste, ce n’est pas un « couac ». C’est un scandale. C’est inadmissible. Encore une fois, la « justice » s’est plus préoccupée des assassins que de leurs victimes et leurs proches. 

Le drame qui s’est déroulé près d’Anvers réclame le chagrin, le respect et la modération. Le Peuple partage la douleur des proches de la malheureuse Julie Van Espen, victime d’un barbare. Les partis traditionnels ne l’entendent pas de cette oreille et transforment la douleur des parents en combine électorale.

Témoins, ces deux titres du Soir, empressé de servir les partis qui l’inondent de subsides.

« Meurtre de Julie Van Espen : Koen Geens en situation délicate, en pleine campagne électorale » et « Meurtre de Julie Van Espen : « Je ne comprends pas pourquoi le suspect n’était pas en prison« .

N’y avait-il rien d’autre à dire à propos d’un drame atroce ? Le meurtre de Julie Van Espen, réduit à un argument électoral – scandaleux.

Quant à la déclaration grotesque de la ministre MR, Sophie Wilmès, elle relève de l’insulte à la vérité et aux parents de la victime. Mme Wilmès dispose de tous les atouts pour « comprendre » : en liberté malgré une condamnation à 4 ans de prison et un casier judiciaire long comme un jour sans pain, le tueur a pu agir grâce aux lois laxistes votées autant par le MR que les autres partis traditionnels, squattant le pouvoir depuis plus de 50 ans !

Depuis combien d’années, la justice ne se préoccupe-t-elle pas plus du bien-être des coupables que du sort des victimes et de leurs proches ? Nous le devons à ces partis (MR, CDH, MR), qui se sont succédés au département de la Justice.

Un peu de décence, messieurs-dames des partis traditionnels. Vous êtes co-responsables de ce meurtre affreux. Arrêtez d’instrumentaliser ce drame à des fins électoralistes, comme vous êtes occupés à le faire. Et dites à vos caniches de la presse de tenter de retrouver un peu de dignité journalistique. Et paix à l’âme innocente de Julie Van Espen. 

D.K.

Commentaires