Print Friendly, PDF & Email

L’information a été bien camouflée par la presse subsidiée. Ce jeudi 23 novembre, l’Agence Européenne de Défense (AED) organisait une conférence à huis clos avec les lobbyistes, les marchands d’armes et l’entourage de Jean-Claude Juncker – ils étaient plus de 400 ! De quoi ont-ils discuté ? Silence intégral. Mais cela fait 5 ans que l’Union Européenne se soumet aux désirs des marchands d’armes. Tout cela, en secret, en-dehors de tout contrôle démocratique.

Car tous ces parlementaires qui n’ont que le mot « démocratie » à la bouche pour s’attaquer aux eurosceptiques, comme le Parti Populaire, aiment les petits secrets, dès qu’il s’agit d’armes, de gros sous et de préparatifs de guerre.

Le plus scandaleux est la soumission des instances européennes aux diktats des marchands d’armes. Officiellement, les lobbyistes des marchands d’armes ont dégagé des budgets de 2,8 millions à 5,6 millions d’euros, entre 2012 et 2017, pour faire entendre leur voix et… séduire les parlementaires européens.

Où est allé cet argent ? Dans quelles poches a-t-il atterri ? On vous laisse reconstituer la vérité…

Et les résultats sont à la hauteur des 5,6 millions investis par les marchands de mort – ils les dépassent même. Toutes les propositions de la Commission Juncker concernant les armes et une armée européennes sont des copié-collés des rapports rentrés par les marchands d’armes.

Récemment, la Commission Juncker a fait approuver PESCO (PErmanent Structured COoperation), destiné à rationaliser les investissements en matériel militaire dans les 23 pays signataires. Et aussitôt, 40 milliards oint été engloutis par la Commission Juncker dans PESCO.

Tout cela s’est fait dans la plus grande discrétion, sans le moindre contrôle démocratique. Et avec le silence complice de la presse. Ce qui veut dire que les enjeux sont importants.

Ces manigances préparent tout simplement la guerre contre la Russie. Une campagne de presse va être lancée pour répandre des mensonges, destinés à préparer les opinions européennes à une confrontation avec la Russie.

Et si le peuple rechigne, on le mettra au pas. Avec qui ? Avec l’armée européenne intégrée, pardi ! Celles-là même que Juncker & Co ont mis sur pied à votre insu, avec la complicité des marchands d’armes.

Ce projet guerrier rencontre parfaitement les finalités de la Fondation Open Society, financée par le milliardaire George Soros. Loin d’être un philanthrope, cet obscur personnage marche main dans la main des marchands de mort.

La Open Society est chargée, comme à la grande époque du nazisme et du stalinisme, de contrôler les esprits, faire accepter les manœuvres des possédants. Tout cela, sous couvert d’une fumeuse « société ouverte et idéale ». Et tout ce qui n’entre pas dans ce moule, il faudra l’éliminer – en d’autres termes, faire la guerre. Il se fait que la Russie de Poutine n’entre pas dans ce moule…

Ce n’est pas un hasard si George Soros a rencontré Jean-Claude Juncker récemment. Peu de temps après, Juncker faisait approuver, en-dehors de toute règle démocratique, une dépense de 40 milliards en armes et recherches sur de nouveaux types d’armes. Sans nous préciser à quoi elles devaient servir.

L’insistance de la Open Society à ouvrir les frontières à toutes les populations, musulmanes dans leur immense majorité, n’est pas innocente : pour Soros et les marchands d’arme, l’islam peut remplacer ce que fut le christianisme dans les siècles passés : un gardien, chargé de réprimer toute velléité de révolte.

Depuis de nombreuses années, le Parti Populaire met en garde la population contre ceux qui ne l’écoute pas et qui travaille contre ses intérêts. Coincés dans leurs contradictions, les Juncker et autres ne voient une issue que dans la guerre.

Le Parti Populaire ne connaît qu’une guerre : celle contre les folies des eurocrates actuels. C’est bien pourquoi ce parti est persécuté comme aucun autre par ceux qu’ils dénonce !

F.M.

Commentaires