Print Friendly

C’est quasiment une provocation : Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, augmente outrageusement, deux fois, ses fonctionnaires, déjà surpayés et ne payant quasi pas d’impôts! Les 55.000 fonctionnaires travaillant pour l’Union européenne vont pouvoir rajouter quelques cadeaux au pied de leurs sapins. Grâce à Jean-Claude Juncker, tous se sont vu attribuer une augmentation de salaire de 2,4 %, largement au-dessus de l’inflation. L’augmentation est rétroactive sur les six derniers mois! De plus, au 1er janvier 2016, une nouvelle augmentation de salaire de 2,4 % viendra s’ajouter à la hausse obtenue en décembre. Budget supplémentaire : plus de 100 millions d’euros pour les finances européennes. Donc, pour les contribuables des 27 pays membres… Champagne!

europe-va-financer-le-developpement-numerique-des-pmeLes eurocrates ont vu leur salaire gelé pendant les deux dernières années, c’est vrai. Mais était-ce le moment de distribuer cette manne, alors que l’union fait face à une succession de crises, de la quasi-faillite de la Grèce, à une invasion de migrants illégaux dont le nombre a dépassé un million en 2015 ?

Le sort de l’Union européenne et son fonctionnement doivent être remis en cause. Le système de libre circulation de Schengen est un désastre et l’inefficacité de l’Europe amène les citoyens à vouloir un référendum à l’anglaise, qui pourrait en l’occurrence aboutir à un « Brexit », une sortie de la Grande-Bretagne des institutions européennes. Pour la première fois, d’ailleurs, un sondage, réalisé en novembre par l’ORB pour The Independent, indique que 52 % des Britanniques sont favorables à une sortie de l’Europe alors que 48 % y sont opposés. Même résultat dans le sondage réalisé par l’ADDE (l’Alliance pour la Démocratie Directe en Europe)… Et les sondeurs indiquent que la motivation de ceux qui ont changé d’avis repose, principalement, sur l’aggravation de la crise des migrants.

Pour mémoire, 10.000 fonctionnaires européens gagnent plus que Charles Michel ou David Cameron ! Cela a fait les titres de la presse britannique… Au moment où, dans tous les pays membres, on cherche à réduire le nombre des fonctionnaires, la bureaucratie européenne a augmenté ses effectifs de 60 % en dix ans. Rien que cette année, le nombre de juges européens, rétribués 18.600 euros par mois, a pratiquement doublé.

Les fonctionnaires européens paient des charges sociales et des impôts, mais à l’Europe. L’impôt est calculé sur 90 % du salaire de base. Il ne tient, donc, pas compte, notamment, des 16 % de prime, versés à tous les fonctionnaires européens au titre de l’éloignement de leur pays et le taux d’imposition est très faible.

Ces avantages nourrissent une europhobie de plus en plus forte chez le citoyen européen de base, qui ne voit rien sortir des réunions de Bruxelles ou de Strasbourg, sinon le témoignage accablant de l’impuissance de l’Europe à trouver une position commune sur les questions qui importent vraiment.

Oui, M. Juncker, c’est vraiment la Commission de la dernière chance et ça n’a pas l’air de s’arranger…

C.T.

 

 

Commentaires