Print Friendly, PDF & Email

Au fou !

Où le Président de la Commission Européenne a-t-il été chercher ça ? Certains, comme Georges Simenon, diront : « la vérité se trouve au fond du verre », mais là, il devait s’agir d’un verre très profond.

Jean-Claude Juncker a-t-il exprimé le désir de la population européenne ? Pas le moins du monde. Tous les sondages montrent que, dans tous les pays, monte l’opposition à une immigration augmentée.

Jean-Claude Juncker a-t-il relayé une demande des entreprises pour une main d’œuvre non qualifiée ? Non ! L’Europe n’a plus besoin de travailleurs sans qualification, handicapés en plus par le manque de connaissance des langues du continent et par la barrière culturelle, si difficile à franchir, semble-t-il, par les nouveaux arrivants.

L’Europe a laissé filer les activités nécessitant de nombreux emplois (aciéries, textile, automobile, etc). On les trouve aujourd’hui en Asie, en Inde, mais aussi au Maghreb. Et ce que nous faisions en Europe est fabriqué dorénavant au loin et doit être transporté par merjusque chez nous – augmentant ainsi considérablement la pollution des mers et de l’air.

Jean-Claude Juncker nous mène donc en bateau. Il se montre partisan du grand remplacement des populations sur le sol européen, comme le rêve son grand ami George Soros. Le milliardaire américain finance, en effet, toutes les organisations qui organisent manifeste Parti Populaireles transferts de populations d’Afrique vers l’Europe. Il va même jusqu’à injecter des millions dans des organisations qui expliquent aux migrants comment détourner les lois

des pays où ils débarquent, afin de pouvoir s’y installer définitivement !

Quand Jean-Claude Juncker annonce : « L’Europe a besoin de l’immigration africaine. Il faut ouvrir de nouvelles routes », il trompe les peuples d’Europe et contribue au malheur des générations futures.

Dommage que l’ensemble des partis traditionnels le soutiennent dans ses projets mortifères… En Belgique, seul le Parti Populaire présente une solution ferme, cohérente, mais aussi humaine dans le domaine de la migration. Car ce que ne dit pas Juncker, c’est que les premières victimes de ses folies, ce sont les malheureux tombant aux mains de trafiquants, responsables de milliers de noyades en Méditerranée. 

A.D.

Commentaires