Print Friendly, PDF & Email

Comme chaque année, j’ai eu la nausée en voyant des photographies et des vidéos montrant les scènes barbares qui accompagnent la célébration de l’Aïd al-Adha (ou Aïd el-Kebir) partout sur terre où il y a des gens de confession musulmane.

Considérer qu’un homme, pour se montrer pieux, doit chaque année égorger de ses mains un animal est, à mes yeux, répugnant.

Lier la piété à la souffrance cruelle infligée à une créature innocente me semble monstrueux.

Que cela se soit pratiqué il y a plusieurs siècles, dans des temps plus obscurs, n’excuse rien en soi, mais pourrait être considéré comme relevant d’une époque révolue.

Que cela se pratique encore au XXIe siècle montre qu’en islam, les temps obscurs ne sont pas révolus.

Si cela se passait dans des pays non-occidentaux, cela mènerait à considérer que ces pays gardent des coutumes incompatibles avec la modernité civilisationnelle.

Cela amènerait aussi à réfléchir sur ces pays où, sans que ce soit un hasard, la violence est presque toujours endémique, et où le respect de la vie semble avoir peu de prix.

Mais il serait au moins possible de se dire que cela se passe dans des pays non-occidentaux.

Que cela se passe de nos jours dans des pays occidentaux montre en Occident une tolérance envers l’intolérable.

S’ils avaient un respect effectif pour les valeurs qu’ils prétendent défendre et incarner, les dirigeants des pays occidentaux, devraient poser des règles précises et strictes pour toute pratique prétendument religieuse se déroulant sur le sol de leur pays, et des règles précises et strictes aussi pour le comportement des immigrants qui s’y installent.

Faute de poser ces règles précises et strictes, ce qu’ils laissent se produire est un viol graduel des valeurs occidentales qui, dès lors, s’estompent et perdent leur sens.

Le monde occidental est judéo-chrétien.

Il n’est pas musulman et n’est fondamentalement pas compatible avec l’islam.

L’histoire montre que les Occidentaux ont, pendant des siècles, insisté avec lucidité sur ce qui les séparait de l’islam et perçu l’incompatibilité de l’Occident et de l’islam.

L’histoire montre aussi que l’islam a, tout aussi longtemps, été considéré comme l’ennemi principal de la civilisation occidentale et comme un dogme qui cherchait à soumettre ce qui n’était pas lui.

À notre époque, des ennemis de la civilisation occidentale, qui ne sont pas tous musulmans, propagent un relativisme et une vision édulcorée de l’islam destinés à susciter anesthésie et amnésie.

Nous sommes face aux conséquences.

Et qu’on ne s’y trompe pas : l’importation de l’égorgement de millions d’animaux en guise de rituel festif et l’acceptation de cette importation en Occident sont perçues par les Musulmans comme une soumission de l’Occident qui ne peut que conduire à l’exigence d’autres soumissions.

Qu’on le comprenne bien : l’acceptation jusqu’à l’obscénité d’une pratique abjecte, en Occident, ne peut être perçue par les Musulmans que comme une négation, par l’Occident, de ses propres valeurs.

Il convient surtout de bien noter ceci : cette pratique abjecte n’est pas perçue comme une pratique abjecte par les Musulmans, parce que l’islam n’a pas quitté la barbarie et ne songe même pas à la quitter.

Comme je l’ai relevé plus haut, les pays musulmans sont des pays où la violence est presque toujours endémique et où le respect de la vie semble avoir peu de prix.

La culture islamique est une culture dans laquelle on s’habitue dès l’enfance à la cruauté, à l’égorgement rituel et festif, au sang qui gicle et dans lequel on marche joyeusement.

Et, de la cruauté rituelle et festive envers l’animal à la cruauté banale envers les êtres humains, il n’y a qu’un pas sans cesse franchi.

Que ceux qui se diraient qu’après tout, l’égorgement de centaines de milliers d’animaux, en Occident, une fois par an, par des Musulmans pour des raisons rituelles et festives, n’est pas si grave se demandent pourquoi des égorgements d’êtres humains et des meurtres au couteau se produisent désormais si souvent en Occident, et pourquoi des actes terroristes ignobles sont sans cesse pratiqués sur terre au nom de l’islam.

La réponse est devant leurs yeux, chaque année, lors de la célébration de l’Aïd al-Adha, (ou Aïd el-Kebir).

Que des Occidentaux aient été condamnés par la justice occidentale pour l’avoir dit montre que la soumission à l’islam en Occident est très avancée et atteint un degré préoccupant.

GUY MILLIÈRE

Source: https://www.dreuz.info/2018/09/09/la-barbarie-islamique-sinstalle-en-occident/

 

Commentaires