Print Friendly, PDF & Email

Armes cachées dans les mosquées ou chez des particuliers, arsenaux et munitions saisies chez des salafistes proches des auteurs d’attentats – voilà de quoi nous inquiéter. Car il s’agit d’une réalité que s’efforcent de minimiser, voire dissimuler, les médias subsidiés et collaborateurs d’un islam conquérant. 

Une des nouvelles tactiques des collaborateurs est de lancer la guerre des fake news (fausses nouvelles). Une info ne leur plaît pas ? Fake News !, s’exclament-ils. Quitte à contrer la fake news par une autre fake news

Voici un cas très concret. En septembre 2015, un cargo est arraisonné au large de la Crète. Au milieu de sa cargaison de meubles « destinés aux camps de réfugiés », la police découvre… 52 tonnes d’armes et de munitions (voir : https://www.lalibre.be/…/grece-des-milliers-de-fusils-et-des-explosifs-decouverts-sur-un-cargo-…).

A partir de là, les dépêches, notamment de l’AFP (Agence France Presse) et de Reuter, se prennent les pieds dans le mezze : il s’agirait d’armes venues de Turquie et qui auraient été destinées à la Libye et peut-être bien à la Syrie, sous embargo international.

Mais des sources proches des services de police grecs révèlent que ces armes étaient cachées dans une cargaison de meubles destinées à des camps de réfugiés en Grèce. Aussitôt, les bien-pensants se mobilisent pour annoncer qu’il s’agit d’une fake news. Ils se servent des versions embrouillées de l’AFP et de Reuter pour appuyer leurs dires. Voir, entre autres, https://www.hoaxbuster.com/…/

Problème : les accusations de fake news ne reposent sur rien ; aucune preuve n’est avancée. Ainsi, des media prétendent que ces armes auraient dû être débarquées à La Valette, capitale de l’île de Malte. Pourquoi ? A quelles fins ? On est prié d’avaler cette fausse nouvelle.

Entretemps, les douaniers arrêtent dans le Nord de la Grèce, deux djihadistes, un certain Mirsad Bektasevic, d’origine bosniaque et son complice yéménite. Ils attendaient la cargaison de 52 tonnes d’armes, réparties en 10 caisses, pour les passer… en Turquie.

Remarquez que, pour les bien-pensants, il s’agit d’armes venues de Turquie et en transit vers le Moyen Orient ou la Libye ; la réalité, c’est que ces armes venaient on ne sait d’où et voyageaient vers la Turquie.

Or ce pays joue un double jeu : d’une part, il assure l’Europe de sa volonté de bloquer les djihadistes, mais par ailleurs, il e,n accueille plusieurs sur son territoire. Et l’Etat turc ne fait rien contre les terroristes turcs, dont un certain nombre essaiment dans les mosquées radicales de’Europe. On en a eu la preuve, en juin 2018, avec la décision du chancelier autrichien, Sebastian Kurz, de fermer 14 mosquées radicales et de renvoyer des prédicateurs de haine chez eux, en Turquie – à la grande colère d’Erdogan. Voir à ce sujet : https/::www.ladepeche.fr/…/2813965-autriche-offensive-contre-islam-politique-imams-e…

Mais il n’y a pas que cela. En juin 2016, la police française avait saisi des munitions de kalachnikov dans et autour d’une mosquée de Lagny-sur-Marne (https://www.lexpress.fr/…/des-munitions-de-kalachnikov-decouvertes-dans-une-mosq…)

En octobre 2017, à Berlin, les services de sécurité découvrent un véritable arsenal dans une mosquée d’obédience turque (https://www.challenges.fr/…/saisie-d-armes-chez-un-islamiste-presume-en-allemagne_50).

Dans les deux cas (il y a eu d’autres saisies dans des mosquées ou chez des particulier : en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, en Suède…), les armes saisies sont du même type que celles dissimulées dans le cargo arraisonné en Grèce – des kalachnikovs, principalement, mais aussi des mortiers et autres armes de guerre.

Lorsque l’on se donne la peine de relier les informations les unes aux autres, il faut bien admettre que l’information de 2016, en Grèce, n’était pas tellement une fake news : il y a bien un trafic d’armes prospère (52 tonnes, dans le cas précité !) vers certaines communautés musulmanes installées en Europe.

Ces armes ne sont pas destinées à des musées ou des baraques de foire… Si l’on rapproche ces informations de la multiplication exponentielle d’agressions à l’arme blanche contre des « infidèles » par des musulmans excusés d’avance parce qu’ils seraient « déséquilibrés », on ressent comme un malaise. Et les attaques contre des commissariats, les provocations de plus en plus violentes contre la police et toute forme d’autorité, ne font que renforcer le soupçon que « quelque chose » se prépare en Europe. 

Et ce ne sera pas drôle. En conclusion provisoire, apprenons à nous méfier des fake news des détecteurs autoproclamé de fake news…  

A.D.

 

Commentaires