Print Friendly, PDF & Email

En Belgique en général et en Fédération Wallonie-Bruxelles en particulier, la culture reste marquée du rouge socialiste. Les « gauchistes » règnent en maîtres, s’attribuent les deniers de l’Etat, s’accaparent la plupart des subsides. Ce quasi-monopole socialiste, développé année après année à travers une politique clientéliste, ne doit pas nous pousser à la résignation. Bien plus, il doit nous pousser au rejet, à l’engagement, bref à la bataille !

Je me suis rendu à Liège il y a peu. Et force est de constater que les rouges ont, dans des formes souvent caricaturales, réussi à dominer la scène culturelle de la Cité Ardente. La plupart des événements culturels vont dans le même sens, à croire qu’il n’existe qu’une seule et unique voie…

Pour vous donner un exemple concret, j’ai visité l’exposition du peintre Alcide Bolmain qui se déroule jusqu’à la mi-avril dans la galerie du « Cupper café ». Par cet événement, cet « artiste » un peu « bobo », vous l’aurez compris, tente de « rejeter l’individualisme et le narcissisme qui polluent trop souvent notre vie démocratique ». Ben, tiens !

Ce n’est pas le plus piquant ! Le tableau intitulé « Kadyrov’obie » est une attaque déplacée envers la politique de Vladimir Poutine et celle du Premier Ministre de Tchétchénie, Ramzan Akhmadovich Kadyrov. Comme tant d’autres à Liège et dans les cités rouges, l’art est avant tout un outil de propagande au service de ce qui est « bien-pensant ».

Ce genre de faiseur d’opinion devrait regarder de manière un peu plus objective l’efficacité de la politique familiale développée par le gouvernement russe. Les droits individuels ne laissent pas pour compte la famille. Chez nous, la courbe démographique annonce des années difficiles. Nous aurions ainsi bien besoin de politiques publiques natalistes fortes couplées avec une promotion d’un modèle familial complet !

Les élections d’octobre 2018 seront une occasion unique de rabattre les cartes, après les multiples scandales, et de plaider pour une politique culturelle enfin un peu moins politisée !

D. Hiligsmann

Commentaires