Print Friendly, PDF & Email

Si la presse subsidiée (y compris, RTBF, plus RTL-TVI) en parlait, vous sauriez que le Parti Populaire est un grand défenseur des patrimoines wallons et bruxellois et, par conséquent, des produits du terroir. Honneur à nos courageux producteurs, parfois trop peu soutenus par les multiples agences gouvernementales chargées, en principe, de leur défense !

Le fromage de Herve : en odeur de sainteté !

Commençons par le fromage de Herve, qui n’a pas toujours été en odeur de sainteté, ces dernières années. Par la grâce de l’Europe, le Herve a failli disparaître purement et simplement.

Pourtant, il s’en produit 370 tonnes par an ! Fabriqué depuis le XVème siècle dans le pays de Herve, il résulte de l’imagination des éleveurs désireux de conserver le plus longtemps possible les excédents de lait. Ils firent fermenter le fromage blanc, qui donna ce que nous appelons le fromage de Herve, un produit à pâte molle et à croûte lavée.

Pour obtenir ce label, il faut que le fromage soit produit avec du lait recueilli au pays de Herve, en respectant une méthode de fabrication héritée d’une tradition multi-centenaire. Il faut aussi que le Herve soit originaire du… pays de Herve, soit la région contenue entre les Pays-Bas, l’Allemagne, la Meuse et la Vesdre.

En butte aux attaques malignes de la Commission Européenne, le Herve a failli être interdit ! Avec un résultat navrant : des 500 producteurs (années 1960), il ne reste que… trois. Le but des Européens était de favoriser la production de fromage « de Herve » dans n’importe quelle région d’Europe. Pas de chance : la spécificité du Herve repose sur une souche bactérienne, présente seulement dans le pays de Herve. Raison de plus pour soutenir cette spécialité wallonne au doux parfum d’Ardenne !

Le jambon d’Ardenne : en celte !

La fabrication du vrai jambon d’Ardenne remonte aux populations celtes. C’est dire que nous nous trouvons bien devant un produit authentiquement belge – les Belges sont des descendants directs des Celtes.

Nous parlons ici de techniques de production multimillénaires qui doivent se perpétuer. Sciure de chêne et de hêtres, agrémentées de baies de genévrier : tel est le secret du fumage (pendant une semaine) du vrai jambon d’Ardenne.

Encore une fois, il n’est pas permis de baptiser ‘d’Ardenne » un jambon qui n’aurait pas été fabriqué sur la terre d’Ardenne, et plus précisément dans le Luxembourg belge et quelques cantons entre Liège et Namur. Depuis 1996, le jambon d’Ardenne fait l’objet d’un label « Indication Géographique Protégée » (IGP).

Il existe une confrérie royale des Herdiers d’Ardenne, qui se réunit, tous les mois d’octobre, depuis 1957. Ce sont les garants de la survivance du vrai jambon d’Ardenne !

Le beurre d’Ardenne : imbattable

Pourquoi acheter du beurre venu du fin fonds de la France ou d’autres pays d’Europe. Rien que le transport de ces produits étrangers représente une pollution importante en CO2, inutile quand on sait que le beurre d’Ardenne est de qualité exceptionnelle.

Le vrai beurre d’Ardenne est une Appellation d’Origine Protégée (AOP), ce qui signifie qu’il est élaboré avec du lait recueilli en Ardenne et que le barattage et la maturation oint lieu, eux aussi, en Ardenne.

Le lait provient de la province du Luxembourg et de certaines communes du Namurois (Rochefort, notamment) et de la province de Liège (Stavelot, Malmedy, entre autres).

Deux beurreries répondent à ces critères, l’une à Recogne, près de Libramont, l’autre à Bullange. Plusieurs tonnes de ce produit laitiers sont exportés vers l’étranger, et notamment, le Japon !

D.K.

Commentaires