Print Friendly, PDF & Email

Comme si les trahisons de la parole donnée ne suffisaient pas, les Verts européens (dont Ecolo fait partie) viennent de céder à Bayer-Monsanto : ils ont voté contre l’interdiction du glyphosate ! 

Le glyphosate est un poison particulièrement nocif, responsable de l’hécatombe des abeilles, mais aussi de l’épuisement des sols. Il est généreusement répandu sur les exploitations agricoles industrielles.

Il met en danger la santé des agriculteurs et hypothèque notre avenir. Un sol traité au glyphosate deviendra un sol mort, désertique. Les vers de terre auront été éliminés, de même que les insectes, dont se nourrissent les oiseaux, et les petits rongeurs, qui éliminent les parasites et… servent de proies aux rapaces. Ce n’est pas pour rien que, dans des régions entières, les oiseaux saisonniers ont disparu.

On pourrait s’attendre à ce que l’interdiction du glyphosate, du Round Up ou d’autres herbicides deviennent des chevaux de bataille pour Ecolo.

Dans les beaux discours, oui. En réalité, non.

Le co-président du groupe des Verts au parlement européen est abonné aux grandes envolées lyriques et vertueuses – il s’agit du belge Philippe Lamberts. On l’a même vu s’en prendre au président Macrion, en une rhétorique pompeuse et, en fin de compte, ridicule.

Interviewé par l’hebdomadaire Marianne (numéro 1152 – 12 avril 2019, page 21), il prend des mines de maire de Chalmpignac pour donner son programme, s’il devenait président de la Commission Européenne (et, croyez-nous, il s’y croit !) : « (…) au lieu de mettre en avant le critère du profit, qui prévaut aujourd’hui, on étudierait leur impact en fonction de trois enjeux : la réduction des inégalités, l’empreinte écologique ainsi que leur effet sur la santé« .

A tomber à genoux, tant ce credo de ce nonce apostolique d’Ecolo coïncide avec les attentes du bon peuple.

Hélas ! Il y a loin de la parole aux actes. A la suite d’un marchandage à rendre honteux un épicier, le groupe des Verts à l’Europe a bloqué un amendement essentiel interdisant l’usage des glyphosates ! Même les « affreux » de la droite « assumée » avaient voté pour pour…

Au même moment, la justice française donnait raison à Paul François, un agriculteur charentais, victime des effets nocifs du poison commercialisé par Bayer-Monsanto.

Les multiples témoignages de victimes de Monsanto n’ont guère pesé dans la balance pour inciter Ecolo à voter contre l’interdiction de ce poison. Faut-il une preuve de plus qu’Ecolo, c’est le mensonge, les promesses non-tenues, la tromperie et le mépris de l’électeur et au-delà, des citoyens ? Ecolo a fait son choix : contre notre santé (les produits dangereux se retrouvent dans nos aliments) et pour la collaboration avec les producteurs de poisons.

D.K.

Commentaires