Print Friendly, PDF & Email

Après l’épisode scandaleux de l’éviction d’Emmanuelle Praet par RTL, la preuve est faite : la liberté de parole est morte, en Wallonie et à Bruxelles.

Il faut des journalistes courageux (une espèce disparue chez nous) pour oser casser les murailles du silence, forcer les cadenas du politiquement correct, faire voler en éclats les diktats du politiquement correct.  

Thierry Ardillon est de ceux-là. Si nous ne partageons pas toutes ses idées, force nous est de reconnaître qu’il ne manque pas d’audace pour s’exprimer comme il le fait.

Au passage, on notera la mine consternée du présentateur de ce talk-show… A croire qu’il se demande tout du long s’il n’est pas occupé à perdre sa place pour avoir donné la parole à Ardillon et rien entreprit pour le faire taire.

Pour les Delusinne (patron de RTL Belgium sur siège éjectable), chiens de garde de la pensée unique, l’essentiel est de réduire au silence les voix dissidentes. Plutôt les mensonges d’Etat que la vérité ; les mafieux plutôt que les citoyens honnêtes.

Il ne reste plus qu’une chose à faire : prendre la liberté de parole et de pensée. Au nez et à la barbe des « élites ».

A.D.

Commentaires