Print Friendly, PDF & Email

Ce n’est pas tous les jours que La Libre (Belgique) parle du Peuple ! La loi du silence a été brisée, ce 6 décembre, pour lancer une accusation, bien dans le style inquisitorial de ce qui fut un quotidien de qualité : « Le Peuple plagie le site d’extrême droite américain « Breitbart News » ! En cause, un article consacré au Brexit, rédigé par un de nos contributeurs, Alain Capiaux.

Selon le brillant journaliste de La Libre, cet article ne serait qu’un « simple copié-collé (traduit en français) d’un article signé Jack Montgomery ». D’un point de vue sémantique, quand on parle de « copié-collé », cela ne peut s’appliquer à un article TRADUIT d’un autre. Sans doute notre confrère de La Libre devrait-il suivre un stage de rattrapage en journalisme, avant d’écrire n’importe quoi. Mais soit, rendons à César ce qui est à Jack Montgomery, ce que nous faisons bien volontiers et c’est à lui, et lui seul, que nous devons d’éventuelles excuses pour l’oubli de la référence en fin d’article. Nous disons bien « éventuelles », car s’il reprend en effet l’essentiel de l’article paru sur le site Breitbart News – avec lequel Le Peuple a les meilleures relations , Alain Capiaux a ajouté des informations de son cru, parfaitement vérifiée. Le journaliste de La Libre ne l’a pas vu, peut-être parce qu’il ne maîtrise pas l’anglais ou la lecture. Il rejoindrait ainsi les milliers de Wallons arrivant en dernière position de l’étude PIRLS, qui a testé, en 2016, les capacités de lecture des enfants européens.

Au reste, il est étrange que le journaliste de La Libre n’ait pas cru bon d’aborder le contenu de l’article sur le Brexit pour en discuter les idées avancées, tant par Montgomery que par Capiaux. C’était ça, le plus important, non ?

Venons-en à présent au vocabulaire utilisé par ce même journaliste. Il croit utile de taxer Breitbart News, de « site d’information américain d’extrême droite ». Cela relève de l’incantation et non de l’intelligence. Qu’entend La Libre par « extrême droite » ? C’est loin d’être clair et tout à fait cavalier à l’égard du deuxième site d’information des Etats-Unis (50 millions de visiteurs uniques, ce qui en ferait l’un des premiers sites MONDIAUX en termes de présence sur les réseaux sociaux – source : Wikipedia). A suivre La Libre, il faudrait en conclure qu’une immense majorité d’Américains est « d’extrême droite ». Si le quotidien belge entend insinuer que la majorité des Américains vénère le nazisme, le fascisme ou une version droitière du communisme, nous ne lui conseillons pas de proclamer de telles billevesées sur les bords de l’Hudson, les côtes de Floride ou de Californie.

La réalité des chiffres aurait tendance à nous faire conclure que les informations de Breitbart News sont moins « discutables » que celles parues dans les médias belges, dont les ventes sont, elles, en chute libre (La Libre : 28.959 exemplaires en ventes individuelles, en 2016-2017 – source CIM, moins 30 % en 10 ans !), marquant ainsi la défiance du grand public pour leurs informations éminemment orientées.

Mais sans doute, les journalistes de La Libre estiment-ils devoir employer le qualificatif « extrême droite », parce que le site Breitbart News serait raciste, xénophobe et antisémite. Il faudra alors que les auteurs de ce mensonge nous expliquent pourquoi Breitbart News compte dans sa rédaction les signatures les plus prestigieuses de journalistes juifs et que le bureau de Londres est dirigé par un rédacteur en chef d’origine musulmane, Raheem Kassam. Ce dernier est un ami personnel de Mischaël Modrikamen, Président du Parti Populaire. Cette amitié ne serait jamais née si Raheem Kassam ou Modrikamen avaient entretenu des sympathies pour l’extrême droite, telle que la fantasment les journalistes de La Libre. Ni Breitbart News, ni le Parti Populaire, ni Le Peuple n’appartiennent à l’extrême droite. Ils incarnent une vraie pensée de droite, conservatrice – qui s’assume !

Un coup d’épée dans l’eau de La libre, donc.

A.D.

Commentaires