Print Friendly, PDF & Email

La source de l’information n’est pas un parti « d’extrême droite », mais bien Statista, l’organe de statistique utilisé par l’ONU et plus exactement l’Agence des Migrations des Nations Unies. Et les chiffres sont formels : en quelques mois, la politique ferme de Matteo Salvini porte ses fruits. Il était temps : les trafiquants de chair humaine ont empoché 7 milliards de nos impôts ! 

Traduction du titre de ce tableau : « L’Espagne dépasse l’Italie dans le domaine d’arrivées de migrants« . Au moins, cela a le mérite d’être clair.

Entre le 1er janvier et le 25 juillet 2017, l’Italie a accueilli 94.448 migrants venus par la Méditerranée : la Grèce, 10.519 ; l’Espagne, 6.513. Il a fallu malheureusement déplorer 2.240 morts en direction de l’Italie ; 37 vers la Grèce ; 124 vers l’Espagne.

Pour une année courant du 1er janvier au 25 juillet 2018 (le gouvernement Giuseppe Conte a pris ses fonctions le 1er juin 2018), les chiffres sont très différents : 18.130 migrants en Italie ; 15.526 en Grèce ; 20.982 en Espagne, passée sous gouvernement socialiste depuis le 6 juin 2018.

Une étude de l’ONU le démontre : le trafic de personnes par la Mediterranée a rapporté 7 milliards aux passeurs – l’argent de nos impôts.

Faut-il une preuve plus éclatante (et officielle) que la méthode Salvini, ça marche. Il suffit d’une volonté politique pour diminuer drastiquement le flot de « migrants » et enrayer le juteux commerce des trafiquants d’êtres humains : l’ONU, toujours elle, estime à plus de 7 milliards le chiffre d’affaire des passeurs de « migrants », dont le navire illégal Aquarius a été un complice actif – un jour, on apprendra combien cette organisation « humanitaire » a touché de la part des trafiquants.

Il s’agit des résultats d’une enquête de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), publié en juin 2018 (voir ici).

Plus hallucinant encore, ce commentaire d’un des responsables de l’ONUDC :  « Le trafic de migrants a lieu dans toutes les régions du monde et a généré un revenu de 7 milliards de dollars pour les trafiquants, équivalant à ce que les États-Unis ou les pays de l’Union européenne ont dépensé en aide humanitaire mondiale en 2016 « .

Autrement dit, l’aide humanitaire est passée dans les poches des trafiquants – dans l’indifférence des gouvernements donateurs (de notre argent de contribuable) et avec leur complicité implicite.

Vivement une « méthode Salvini » pour l’Europe entière ! Cela est possible : Matteo Salvini a déjà rejoint The Movement, créé par Michaël Modrikamen et Steve Bannon. Il y va de notre sécurité, de l’avenir de nos enfants et… de notre argent. 

D.K.

 

Commentaires