Print Friendly, PDF & Email

Swedenrapevictimcountydurhampatriots

Efrayée ou désinhibée – on ne le saura pas – par les terribles révélations de centaines – voire de milliers – d’agressions sexuelles et viols qui se sont produits en Allemagne, en Finlande, en Autriche et en Suisse, le soir du nouvel An, la police suédoise vient de révéler avoir dissimulé au public une vague d’agressions sexuelles commises par des hommes d’origine arabe ou moyen-orientale, contre des fillettes de 11 et 12 ans lors d’un festival de musique l’été dernier.

Une centaine de musulmans ont violenté sexuellement une quinzaine de très jeunes suédoises, et le public n’en a rien su.

Selon un rapport interne de la police qui sort seulement maintenant, durant le festival, en 2014, “des jeunes hommes se sont masturbés, d’autres se sont frottés sexuellement contre des adolescentes, et ce n’est pas la première fois”.

Pour moi, c’est comme violer une seconde fois les victimes. C’est nier leur statut de victime. Ne pas leur rendre justice est ajouter à leur traumatisme. Tout cela pour ne pas punir les monstres parce qu’ils sont réfugiés musulmans, ne pas faire changer d’avis sur la politique d’immigration, et ne pas donner d’arguments à ceux qui y sont opposés.

Une quinzaine de viols et agressions sexuelles sur des ados lors d’un festival de musique

Les violences sexuelles ont été commises pendant les deux éditions 2014 et 2015 de We Are Stockholm, un festival de musique qui se déroule à Stockholm en août, le plus grand d’Europe pour les adolescents et pré-adolescents, ce qui explique l’âge extrêmement jeune des victimes.

En dépit de la terrible réalité, et pour ne pas déjuger la politique d’immigration, la police avait déclaré avoir enregistré «relativement peu de délits et de personnes interpellées comparé au nombre des participants», a indiqué Varg Gyllander, le chef de la police. La preuve : aucune condamnation n’avait été prononcée.

Mais la réalité était tout autre, et c’est la peur que ressorte l’affaire qui a poussé la police suédoise à passer spontanément aux aveux.

La vérité est qu’environ 50 jeunes, principalement des Afghans, ont commis des agressions sexuelles et des viols.

Le Dagens Nyheter, qui avait caché l’affaire au public l’an dernier, a été le premier à en parler, mais les explications de son rédacteur en chef sont plus que vaseuses.

Il avoue maintenant que les agresseurs sexuels étaient en majorité des demandeurs d’asile.

Hypocrite jusqu’à la corne, le Premier ministre Stefan Löfven a déclaré  : «Je ressens une très forte colère en voyant que des jeunes femmes ne peuvent pas aller à un festival de musique sans se faire importuner, harceler sexuellement et attaquer». Le fait que la police n’ait pas informé le grand public est «un problème de démocratie pour notre pays».

La réalité est que le gouvernement suédois criminalise toute critique de l’immigration et de l’islam, et que tout est mis en œuvre pour barrer la route au parti anti-immigration, le Parti des démocrates suédois, qui, malgré une diabolisation qui n’a rien à envier aux campagnes de diffamation contre le Front national, domine les autres partis dans les sondages d’opinion.

La Suède est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre de viols d’Europe, second au monde derrière l’Afrique du sud, et je vous laisse deviner qui sont presque tous les auteurs de ces viols.

CHRISTIAN LARNET

Source: http://www.dreuz.info/2016/01/11/apres-cologne-la-police-suedoise-avoue-avoir-cache-une-epidemie-dagressions-sexuelles-contre-des-fillettes/

Commentaires