Print Friendly, PDF & Email

Le monde est injuste, nous ne le répéterons jamais assez. Prises d’un soudain intérêt pour la Birmanie (Myanmar), les excellences de la région bruxelloise, comptaient se rendre en Birmanie. La raison ? Pas très claire. Mission commerciale ? La Birmanie serait-elle prête à acheter le secret des frites à la graisse de bœuf ? Le Prix Nobel de la Paix voulait-elle en savoir plus sur l’affaire Samusocial ? On ne le saura jamais.

Car la région ne se rendra pas en Birmanie, pour « protester contre le massacre des musulmans ». Ces vilains Birmans, tout de même… Comme vous vous en doutez, cette absence provoquera en Birmanie un séisme à côté duquel le tsunami de 2004 apparaît comme une marée haute un peu fantasque.

Cette « protestation » est une bonne nouvelle pour le contribuable bruxellois : il n’aura pas à acquitter la facture des agréments des « voyages d’affaires » effectués par les dirigeants bruxellois, qui atteignent des sommets stratosphériques en chambres d’hôtel de luxe, achat de souvenirs, grandes bouffes, consommation d’alcools locaux et autres babioles qui font bien plaisir à la famille.

Mais on peut se poser la question : pourquoi Vervoort & Co n’ont-ils pas protesté contre le sort réservé aux chrétiens dans certains pays visités naguère : Arabie saoudite, Qatar, Chine, entre autres ? Pourquoi se pressent-ils de visiter les territoires palestiniens sans protester contre les persécutions dont sont victimes les chrétiens dans la bande de Gaza et contre les attentats et assassinats de Juifs en Israël ?

Mais où avions-nous la tête ? Protester contre ce qui se passe en territoire palestiniens, c’est se mettre la communauté musulmane (de Bruxelles) à dos. Faire des reproches à l’Arabie saoudite et du Qatar, c’est se mettre la communauté musulmane (de Bruxelles) à dos. A un an des élections, cette possibilité est tout simplement intolérable.

Commentaires