Print Friendly, PDF & Email

Nigel Farage a gagné! L’Angleterre a massivement voté CONTRE le projet européen. 52% contre 48%. Le Brexit est devenu réalité. Le Royaume-Uni largue les amarres et quitte l’Europe.

L’Ecosse, Londres et l’Irlande du Nord ont voté pour le « Remain », pour rester en Europe, mais c’est aussi un désaveu des élites de Westminster. La livre anglaise a chuté largement cette nuit sur les marchés internationaux (-10%). Le Yen bat tous ses records à la hausse et joue valeur refuge, comme l’or. Impossible de savoir ce que le Brexit donnera sur le plan économique. Une étude de la Deutsche Bank donne une économie britannique dopée par le Brexit, en croissance forte d’ici quelques mois. Le commerce continuera évidemment, et on trouvera des solutions du type EFTA (zone de libre échange, historiquement le European Free Trade Agreement qui précédait l’entrée dans l’UE). Pas de craintes à avoir là-dessus, malgré les aboiements des politiciens qui nous gouvernent.

nigel-farage-ukipLes banques nationales vont calmer les marchés financiers et rétablir les équilibres monétaires. Pas de crainte majeure à avoir pour l’économie britannique, qui se porte bien mieux que celle de la Belgique par exemple. La Grande-Bretagne et l’UE mettront deux ans à finaliser la sortie, sans drame. Rien ne changera pour les personnes se rendant en Grande-Bretange; le contrôle aux frontières est déjà une réalité.

Le Royaume-Uni va peut-être vivre aussi un divorce interne. Il y aura un nouveau referendum en Ecosse. C’est le seul point noir pour le Royaume-Uni, ce sont les forces centripètes des 3 régions qui sont des receveurs nets des fonds européens.

David Cameron s’est accroché au pouvoir et prétendait encore ce matin rester Premier ministre. Il vient de démissionner. L’Angleterre est une vraie démocratie; elle le prouve. Le discours de David Cameron était très digne et élégant: respect! Que va faire le champion conservateur du Brexit, Boris Johnson? « Bojo » devrait être le prochain Premier…
Le malaise est profond par rapport au projet européen. La gouvernance européenne est lamentable; sur les finances publiques, sur l’immigration, sur la Grèce, sur l’extension de l’Union à la Turquie, en politique internationale face à la Russie, sur les énergies pseudo-renouvelables. Les élites européennes sont souffletées. Elles le méritent.

Les Britanniques ont surtout dit NON à l'Europe de l'immigration massive, que veut nous imposer la Commission Juncker!
Les Britanniques ont surtout dit NON à l’Europe de l’immigration massive, que veut nous imposer la Commission Juncker!

C’est le début de la fin du projet européen tel qu’il est géré aujourd’hui. Jean-Claude Juncker doit démissionner! Non, Monsieur Michel, il n’y aura pas de « sursaut » européen comme vous le prétendez, parce que les populations de l’Europe continentale sont également fâchées avec les élites politiques qui ne font jamais ce que veut le peuple. Faites un referendum, Monsieur Michel, sur le sujet de l’Europe. Même en Belgique, le mécontentement va grandissant.

Les partis tchèques s’agitent et demandent un Czechit. Aux Pays Bas, le VNL (VoorNederland) demande aussi une renégociation, comme le parti de Wilders. En France, Nicolas Dupont-Aignan et son parti, Debout la France! veut un Frexit. Plusieurs pays annoncent qu’ils vont déposer leurs revendications. Le démantèlement du projet européen que nous vivons, mal géré actuellement, est inévitable. 

La RTBF et RTL vont certainement vous expliquer que ce sont les gens peu éduqués, les vieux, l’extrême droite et les cons qui ont voté pour le Brexit. C’est faux! Nombre de jeunes ont voté avec le UKIP. Le désaveu des élites de Westminster est général.

La BBC a très bien couvert la nuit des résultats, mais a cru jusque très tard que le « Remain » allait l’emporter, parce que les résultats de l’Ecosse et de Londres tombaient plus rapidement. En Belgique, la RTBF et RTL ont défendu le « Remain » jusqu’à la nausée, jusqu’à ce matin, en n’invitant strictement que des « spécialistes » partisans du maintien en Europe. RTL hier faisait un radio-trottoir à Londres, où tout le monde était pour le maintien dans l’UE. Le Soir ce vendredi matin parle du UKIP, comme étant « le parti europhobe ». La Libre a écrit que Nigel Farage était dans la liste de « ce que La Libre déteste » en Angleterre, avec les scones trop secs. Parlez-nous de journalisme! C’est cela qu’ils appellent de « l’information ». 

Le Parti Populaire belge a soutenu Nigel Farage dans la campagne du BREXIT au sein de l’ADDE (l’Alliance pour une Démocratie Directe en Europe). Le Parti Populaire est le SEUL parti francophone à avoir vu juste sur le sujet, face aux partis traditionnels, mais c’est Louis Michel (MR) qui fait « la synthèse » sur les antennes, lui qui maintient mordicus que la Turquie doit entrer dans l’Europe.

Le Parti Populaire est pro-européen, mais ne veut plus de la stratégie européenne actuelle et de l’équipe qui dirige l’Europe avec la morgue et l’inefficacité que l’on connaît. Dans son communiqué, Mischael Modrikamen, président du Parti Populaire réclame la démission de Jean-Claude Juncker et de sa Commission. 

« Félicitations au Peuple Britannique. Ils ont choisi l’indépendance, la liberté et la souveraineté. Félicitations à notre allié, Nigel Farage du UKIP, qui gagne le combat de toute une vie politique. Félicitations à Yasmine Dehaene, qui dirige l’ADDE, notre parti politique européen bâti autour du UKIP et qui milite pour le référendum.
Félicitations aussi à Cameron qui été cohérent et a démissionné avec beaucoup de dignité.
L’Europe doit être réformée complètement. Les Peuples d’Europe doivent retrouver leur indépendance et pouvoir coopérer librement dans le respect de tous.
Nous ne voulons plus de cette Europe qui organise le dumping social, des travailleurs à bas salaires qui jettent les Belges au chômage. Nous ne voulons pas de l’entrée de la Turquie en Europe.
Nous ne voulons pas de cette invasion migratoire que l’Europe ne veut pas maîtriser efficacement. Nous ne voulons pas des sanctions contre la Russie qui pénalisent notre économie.
Après ce camouflet britannique, Juncker et la Commission doivent démissionner. C’est le minimum.
Si l’Union Européenne ne se réforme pas en profondeur maintenant, ce sera fini. Un référendum sur la sortie de l’Europe, un « Belexit », sera aussi sur la table chez nous.
Nous aimons l’Europe, mais une Europe des Peuples souverains, une Europe vraiment démocratique qui respecte ses citoyens et leurs aspirations. »

L.R.

Commentaires