Print Friendly, PDF & Email

Selon une de ces formules creuses qui font tout son charme; Laurette Onkelinx a présenté le programme du PS bruxellois – dont elle ne fera plus partie, en 2019. Elle propose d’offrir 420 euros de plus aux chômeurs « en formation ». A terme, cela coûtera 141.797.640 euros à ceux et celles qui travaillent…

Les socialistes ont toujours été très généreux avec l’argent public, celui des contribuables. Mais ici, la vergogne d’Onkelinx dépasse toutes les bornes.

Promettre 420 euros aux chômeurs « en formation » relève d’une discrimination que devrait sanctionner le Conseil constitutionnel. Et rejeter ce triste exercice de démagogie pré-électorale.

S’il fallait offrir 420 euros aux 337.612 chômeurs indemnisés que comptait la Belgique en novembre 2018 (chiffres officiels de Statbel), la facture s’élèverait à 141.797.040 euros pour les Belges au travail.

Car ce sont ces derniers qui devraient financer ce mensonge méprisant pour les sans emploi. Et odieux pour tous ceux qui ont été exclus du chômage par la grâce d’une loi adoptée par le gouvernement d’Elio Di Rupo, en 2014.

Une promesse électorale impayable

Dans un pays qui traîne un déficit budgétaire avoué de plus de 7,5 milliards d’euros, toutes les promesses électorales des partis traditionnels (PS, MR, Ecolo, CDH, DéFI) signifieraient la banqueroute de la maison Belgique.

Et tueraient l’emploi – entre 2017 et 2018, le nombre d’emplois vacants a explosé : 143.000 postes de travail en souffrance, soit une augmentation de 28 % en un an.

L’Espagne vient de subir la catastrophe socialiste : plus de 606.000 emplois perdus après que le gouvernement socialiste eut augmenté le salaire minimal, sans avoir évalué les conséquences sur l’ensemble de l’économie en péninsule ibérique.

La démagogie socialiste ne connaît pas de frontières !

Mais Laurette s’en moque. Elle a quitté la politique. Dit-elle. Proposer 420 euros aux chômeurs, c’est faire oublier les 480.000 euros qu’elle empoche en quittant le parlement. Et cela fait oublier les millions détournés dans les scandales Samusocial, Gial, Cuisines bruxelloises, Brussels Expo et autres.

Onkelinx annonce son départ de la politique active. Mais la politique de l’ombre, elle est preneuse, avantages compris. Alors qu’il y a tellement de choses à faire : stages de macramé, sessions de zumba, aquagym, comptabilité des Vieillesses hitlériennes en souvenir de bon papa et de bonne maman. Et du bénévolat à l’association Alzheimer, car elle tendance à oublier toutes les promesses électorales qui se transformèrent en catastrophes.

Y.B.

Commentaires