Print Friendly, PDF & Email
 L’impact du brexit sur les différentes régions de l’Europe pourrait peser lourdement sur la poursuite des discussions concernant le départ de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. C’est ce qu’affirme le site Politico, après avoir analysé les données émanant d’un rapport du Comité des régions de l’UE.

Le site conclut que les conclusions de ce rapport devraient être exploitées par la Grande-Bretagne, qui pourrait y trouver matière à reprendre une position de force pour la seconde partie des négociations. En effet, jusqu’ici, l’Union Européenne s’est montrée résolue et unie dans les pourparlers. Mais cet état de choses pourrait changer lorsque ceux-ci aborderont la question de l’impact sur les différents États membres et leurs régions. Les pays les plus affectés sont l’Irlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, mais aussi la Belgique et la France, indique Politico.

Le président français Emmanuel Macron a déjà averti que les États membres doivent continuer à présenter « un front uni » pour éviter un résultat « défavorable pour l’Union Européenne et de ce fait, pour chacun d’entre nous ».

Le document de 72 pages du Comité des régions examine les effets du brexit sur 42 régions européennes. Il conclut que ce sont essentiellement les secteurs du commerce, de l’agriculture et de la pêche qui pourraient être les plus affectés. D’autres problèmes sont posés par le retour des citoyens européens de la Grande-Bretagne et une diminution du budget de l’Union européenne.

Les régions proches de la Grande-Bretagne

Le document indique clairement que le brexit sera plus durement ressenti dans les régions les plus proches de la Grande-Bretagne. L’Irlande, qui importe 89 % de son pétrole et 93 % de son gaz du Royaume-Uni, est donc particulièrement vulnérable. Mais l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique sont aussi concernés. En France, la région des Hauts de France, dans le nord du pays, serait la plus touchée du pays. La gestion du trafic des marchandises comme des migrants au port de Calais, principale porte d’entrée vers la Grande-Bretagne, suscite des interrogations et des inquiétudes.

D’une manière générale, toutes les villes et les régions d’Europe qui entretiennent des liens commerciaux étroits avec la Grande-Bretagne seront touchées. Cela concerne notamment les villes de Brême et Berlin en Allemagne, de Lublin en Pologne, de Stockholm en Suède, de Murcie en Espagne ou d’Utrecht, Groningue et Drenthe aux Pays-Bas, par exemple.

La Flandre particulièrement vulnérable

Le rapport affirme également que le Brexit pourrait être particulièrement dommageable pour la Flandre, en fonction des conditions de l’accord. Un « hard brexit » pourrait ainsi coûter 42 000 emplois à la région, contre 10 000, si le bloc parvient à signer un accord commercial. En effet, le Royaume-Uni  est le 4e marché à l’exportation pour la Flandre, totalisant un montant de 27,66 milliards d’euros.

Source: https://fr.express.live/2018/01/11/ue-pays-regions-affectes-brexit/

Commentaires