Print Friendly, PDF & Email

L’affaire traînait depuis 2016, elle vient de connaître un épilogue. Le fils de Laurette Onkelinx, Sami Guenned, a écopé d’une peine de 140 heures de travail travail. Une vraie peine pour ce privilégié. Il ne se montre pas souvent au travail de complaisance qui lui a été attribué chez Brussels Expo, dirigé par Philippe Close, bourgmestre PS de Bruxelles (voir ici les détails). 

Un vent favorable a fait atterrir sur notre bureau l’information selon laquelle Sami Guenned occupe une fonction très indéfinie à Brussels Expo, ce « machin » inventé par les socialistes bruxellois pour y caser (et rémunérer grassement) les copains (voir ici).

Sami Guenned est le fils de Laurette Onkelinx et de son premier mari, Abbès Guenned, que l’on retrouve autant mêlé à des affaires de trafics que dans les coulisses du pouvoir. Des dossiers judiciaires assez lourds au plan international ne l’ont pas empêché de devenir un personnage important au cabinet de Rudi Vervoort (PS), ministre-président de la Région bruxelloise) et « observateur du gouvernement » à la STIB. Son énigmatique et fulgurante carrière a été détaillée dans Le Peuple, dès mars 2015. Il déteste être pris en photo et son portrait n’apparaît guère que dans le rapport annuel de la STIB, où il est repris parmi les administrateurs) – notre homme est à gauche, au troisième rang.

Mais revenons-en au fiston.Il écope donc d’une peine de 140 heures de travail pour avoir prêté sa voiture à des trafiquants de drogue. Pour un excès de vitesse, un automobiliste lambda risque le retrait du permis de conduire. Des citoyens ordinaires de Houdeng, allant s’approvisionner en eau minérale en France (où ce produit n’est pas taxé à mort, comme en Belgique), se voient traqués par les douanes qui leur infligent une amende de 414 euros (voir ici le reportage) !

On ne sait pas encore si ces 140 heures seront prestées à Brussels Expo, où Sami Guenned ne se manifeste pas très souvent.

Pas vite heureux, le fils Onkelinx : maman Laurette l’avait casé chez visit.brussels, l’agence de communication pour le tourisme à la Région bruxelloise. La petite combine avait été révélée par le quotidien flamand Het Laatste Nieuws. Par la même occasion, le bon peuple avait appris qu’après deux ans, Sami avait quitté son emploi, « parce qu’il ne s’y plaisait guère« , selon Sudpresse (voir ici).

Il paraît que l’on ne peut pas parler de népotisme, mais il nous revient que Sara, la fille de Laurette et Abbès Guenned, aurait travaillé pour… le Samusocial bruxellois. Les enfants Onkelinx, c’est le Samusocial et la Samisocial.

Force est de reconnaître que Brussels Expo se fait une spécialité d’engager des personnes dans des emplois plutôt bizarres. Il en va ainsi d’un certain Mourad Maimouni, employé par Denis Delforge (le CEO de Brussels Expo qui empoche 190.000 euros) mais qui présente l’immense avantage d’être un PS, proche de Philippe Close. Ce dernier sait s’occuper des retraites de ses chouchous, puisque Mimoun, son ancien chauffeur, se retrouve aussi chez Brussels Expo…

Ne nous inquiétons pas trop pour l’avenir de Sami Guenned. Il est bien entouré, d’une part par la mafia de la drogue, et pour le reste par la mafia socialiste de Bruxelles. Ah ! Que le simple citoyen apprécierait d’être traité avec autant de mansuétude par une justice aussi clémente. Et combien de jeunes diplômés, poussés au chômage, aimeraient occuper un emploi, même fictif, à Brussels Expo…

F.M.

 

Commentaires