Print Friendly, PDF & Email

Alexander De Croo, ministre fédéral de la Coopération au développement, vient d’offrir 4 millions d’euros à l’agence de l’ONU chargée de l’aide humanitaire aux « réfugiés palestiniens » au Moyen Orient (UNWRA). Cela porte à 11 millions la participation belge à l’enseignement dispensé dans les écoles des Arabes dits palestiniens. Nous avons été regarder ce que l’on enseigne dans ces écoles. Djihad, terrorisme, haine : tous sont au programme. 

Depuis que Donald Trump a asséché le flot de dollars faisant vivre l’UNWRA, cette dernière ne peut plus assumer les tâches assignées par l’ONU. Il est vrai qu’entretenir plus de 30.000 employés (source : unrwa.org/careers/working-unwra), cela réclame un sacré budget. On estime à 1,2 million le nombre de « réfugiés palestiniens » : cela fait 1 employé de l’UNWRA pour 40 « réfugiés – c’est plus confortable que certaines classes dans les écoles bruxelloises !

Question : pourquoi les pays « frères » des « réfugiés » (Arabie saoudite, Maroc, Algérie, etc) ne mettent-ils pas la main à la poche pour suppléer à la radinerie des vilains yankees ?

Dans le cadre de sa croisade « anti-Trump », Alexander De Croo, OpenVLD, parti frère du MR) a donc décidé que la vaillante petite Belgique allait donner des leçons humanitaires au géant américain et au monde entier (sauf les pays arabes, manifestement…).

1. LE GOUVERNEMENT NOUS A MENTI ET DETOURNE NOTRE ARGENT.

Le discours officiel belge annonce que ces 11 millions permettront aux écoles « palestiniennes » de rouvrir leurs portes. Très bien, mais pour y enseigner quoi ?

Alexandre De Croo ne pourra pas dire qu’il n’a pas été prévenu. Dès le 8 novembre 2013, La Libre exposait :  » Radicalisation généralisée, appel au martyre, promotion de la haine et du djihad… Les derniers manuels scolaires officiels palestiniens composent un tableau on ne peut plus noir. C’est du moins le portrait qu’en brosse l’institut de recherche israélien Impact-se, après avoir passé au crible les manuels publiés depuis l’an dernier par l’Autorité palestinienne. Ceux-ci concernent quelque 1,2 million d’élèves du primaire et du secondaire de tous les territoires palestiniens (Cisjordanie, bande de Gaza et Jérusalem-est). »

2. DES MANUELS SCOLAIRES APPRENANT LA HAINE, LE DJIHAD, LE TERRORISME.

Un exemple de problème de math, vu par les manuels que nous finançons avec 11 millions d’argent du contribuable belge : « Sachant que le nombre de chahidims (martyrs « palestiniens » – ndlr) de la première intifada s’élève à 2026 et que celui de la seconde intifada est de 5050 chahidims, quel est le nombre total de victimes de la barbarie

israélienne ? » (source : rapport du Groupe Jérusalem, publié le 4 avril 2017)

Alexander De Croo trouve ça tout à fait normal. Imaginez le tollé outragé des bien-pensants, si un manuel belge proposait l’addition suivante : « Sachant que le terrorisme musulman a fait 120 morts au Bataclan, 35 morts à Zaventem et Maelbeek, 191 morts à Madrid, quel est le nombre total de victimes des terroristes musulmans ? »

Notre photo montre un manuel « palestinien » dans lequel Saint-Jean d’Acre est devenu une ville « palestinienne » !

En somme, notre argent sert (à notre insu !) à apprendre aux enfants arabes la haine des Juifs et des Chrétiens, la déligitimation et la négation de l’Etat d’Israël – et cela depuis 1994 – et leur enseigne à devenir des « martyrs » et des terroristes. Un peu comme si la Belgique avait financé la formation des SS en Allemagne hitlérienne.

3. LA BELGIQUE, ALLIEE (A NOTRE INSU !) DE L’ISLAM EXTREMISTE

La plupart des manuels scolaires « palestiniens » sont, en fait, originaires d’Arabie saoudite, siège du wahhabisme, la branche musulmane d’extrême droite. Le Courrier International (3.11.2011) nous apprend : « L’incitation à la violence et à l’extrémisme demeure partie intégrante des manuels scolaires d’Arabie Saoudite. Cinq millions d’élèves y sont confrontés chaque année dans les salles de classe. De plus, le royaume, parce qu’il contrôle les deux

lieux de pèlerinage les plus sacrés de l’islam [La Mecque et Médine], est en mesure de disséminer son matériel d’éducation religieuse auprès des millions de musulmans qui font le hadj [pèlerinage] chaque année. Grâce à l’argent du pétrole, l’Arabie Saoudite peut en outre distribuer ses manuels très loin. Ils sont disponibles sur le site du ministère de l’Enseignement et sont expédiés et distribués gratuitement à de nombreuses écoles, mosquées et bibliothèques musulmanes du monde entier par le biais d’une vaste infrastructure sunnite soutenue par des fonds saoudiens. Le programme saoudien d’éducation religieuse est suivi par la plupart des dix-neuf établissements d’enseignement internationaux que le gouvernement a fondés dans de grandes villes du monde et qui sont présidés par l’ambassadeur d’Arabie Saoudite. Dans son livre The LoomingTower and the Road to 9/11 [en français, La Guerre cachée, éd. Robert Laffont], Lawrence Wright estime que, s’ils ne représentent que 1 % des musulmans du monde, les Saoudiens “assurent 90 % des dépenses de l’islam”. David Aufhauser, un ancien directeur du service juridique du ministère des Finances américain, et d’autres analystes ont déclaré devant le Congrès que l’Arabie Saoudite dépensait chaque année trois fois plus pour exporter l’idéologie salafiste, également appelée wahhabisme, que les Soviétiques ne le faisaient au plus fort de la guerre froide pour exporter le communisme. »

Signalons que ces manuels ne circulent pas seulement au Moyen Orient : on les a retrouvés pendant 40 ans dans la grande mosquée du Cinquantenaire, à Bruxelles !

4. UNE FAMILLE DE CROO, TRèS « GRAND REMPLACEMENT »

Dans son édition du 13 juin 2018, La Libre reproduisait un entretien avec Herman De Croo, papa du ministre Alexander (ah ! la politique belge et ses dynasties…) sous le titre :  » Dans 13 ans, 70 % des électeurs d’Anvers ne seront pas belges. Bye, bye, Monsieur De Wever« .

Toute la haine de l’establishment pour De Wever, sans se poser une seule fois la question : « Si le bourgmestre d’Anvers sera turc, marocain ou noir (comme le prédit De Croo dans l’article), à qui la faute, sinon à cet establishment qui a ouvert les frontières, démonétisé la nationalité belge, créé un réservoir électoral dans une population immigrée que ce même establishment a confiné dans la précarité ? ». Le grand remplacement de populations, cher aux De Croo, ne sert-il qu’à écarter De Wever et les Belges honorables ?

Nous vivons décidément sous le règne des politiciens, traîtres à l’identité, à l’intégrité et aux traditions belges. Cette « élite » autoprocklamée n’aura pu créer que le chaos et le désordre. Elle a sciemment gâché plusieurs générations, dont celle de nos enfants. Le PARTI POPULAIRE promet de remettre de l’ordre et exercer un contrôle strict sur l’utilisation de l’argent de nos impôts. 

D.K.

Commentaires