Print Friendly, PDF & Email

Catastrophes naturelles, agressions, terrorisme, accidents de la route… Les victimes de ces violences rencontrent les pires difficultés pour se faire indemniser. Paperasseries, indifférence des autorités et de certains fonctionnaires, arguties juridiques brandies par les assurances pour ne pas remplir leurs obligations et désintérêt des médias, qui préfèrent donner la parole aux agresseurs, aux terroristes et à leurs familles – il n’est pas bon d’être victime dans la Belgique des PSMRCDHECOLODEFI… Le Parti Populaire va changer ça.

Pas des paroles, des actes !

Son Manifeste donne déjà une idée des changements que prévoit le Parti Populaire, dès l’entrée de ses élus dans les conseils communaux, en octobre 2018. Le programme du parti, qui sera bientôt dévoilé, ajoutera encore de la clarté aux intentions moult fois exprimées.

Bien entendu, le PP exprime toute sa compassion et son soutien aux victimes des récentes tempêtes, notamment en Brabant wallon et d’autres régions de Wallonie. Dans la mesure de ses moyens, il agira auprès des autorités pour que les personnes et les familles, privées de logement à la suite de chutes d’arbres et de poteaux électriques, inondations des caves et autres catastrophes, soient aidées rapidement et substantiellement.

C’est une des priorités du PP : venir en aide aux victimes.

Il n’est pas normal que les victimes des attentats de Zaventem et de la station de métro Maelbeek ne soient toujours pas correctement dédommagées, alors que les terroristes, revenus en Belgique, jouissent d’aides sociales et autres assistances qui coûtent cher au contribuable.

L’Etat, les bien-pensants, les bobos gauchisants et les médias subsidiés ont oublié les victimes du Musée juif de Bruxelles, des attentats de Londres et de Barcelone, parmi lesquelles il y avait des Belges, des policiers et des pompiers agressés, qui traîneront un handicap pour le restant de leurs jours – on en passe et elles sont nombreuses.

Pour les victimes des tueurs du Brabant, il est indécent que la justice n’ait toujours pas établi les responsabilités et tente de se dédouaner en relançant (plus de 30 ans après!) des pistes, qui se sont toutes révélées des fumisteries !

Le Parti Populaire imposera la fin des interminables démarches administratives afin que les victimes puissent entrer dans leurs droits. De trop longs et inutiles retards dans l’action des administrations devront être sanctionnées.

Cela vaut pour toutes les victimes. Le Parti Populaire pense aux victimes d’accidents de la route, dus à des chauffards, des ivrognes (y compris s’ils sont des élus ou des magistrats), des « jeunes » au volant de véhicules volés.

Les victimes d’agressions, dont les auteurs se rendent insolvables pour ne pas devoir payer les justes compensations aux malheurs qu’ils ont provoqués.

Les victimes de catastrophes naturelles doivent aussi devenir des priorités. À cet égard, les élus du Parti Populaire sauront mettre au pas les compagnies d’assurance qui dénichent toutes les astuces pour ne pas indemniser les victimes ou leur proposer des « arrangements » minables. Le Parti Populaire est la seule formation politique dont aucun membre ne siège dans des conseils d’administration d’assurances ou de banques, contrairement aux PS, MR, CDH et même Ecolo ! Le PP a donc les mains libres pour imposer la décence et la justice aux compagnies d’assurance !
Les victimes dans les rangs des policiers, des pompiers, des militaires. Les médias et les trop nombreux gouvernements (nous en avons 6!) semblent considérer comme banal le fait que, chaque semaine des policiers soient agressés, des pompiers molestés, des ambulances et leur personnel caillassés. Non seulement, le Parti Populaire fera appliquer les peines les plus sévères à l’égard des voyous bien aimés des médias et des asbl, tels la Ligue des Droits de l’Homme et le MRAX, mais il imposera des dédommagements substantiels pour ces hommes et femmes chargés de l’aide au citoyen. Ces réparations seront exigées aux agresseurs et, si nécessaire, à leurs familles – le non-paiement de ces réparation pouvant entrer en ligne de compte pour la perte de la nationalité (dans le cas de bi-nationaux) et l’expulsion du territoire belge.

Oui, le Parti Populaire a choisi le camp des victimes contre le laxisme basé sur un « humanisme » de pacotille. Un prisonnier coûte 150 euros par jour. Est-il normal que l’on offre la télévision et des téléphones portables aux prisonniers, alors que leurs victimes ont tout perdu et pleurent leurs proches dans les cimetières ?

Le Parti Populaire veut rendre la parole aux citoyens honnêtes et s’engage à défendre leurs intérêts. Rendez-vous en septembre 2018 et en mai 2019 !

D.K.

Commentaires