Print Friendly, PDF & Email

Lors d’une conférence de presse ce jeudi 23 février, le président du Parti Populaire Mischaël Modrikamen et le Vice-président Bruno Berrendorf ont présenté à la presse la plainte avec constitution de partie civile, « à charge de X », mais visant clairement les partis traditionnels francophones: PS, MR, CDH et Ecolo pour « l’institutionnalisation d’un système de mise en coupe réglée des ressources de l’état belge, des régions wallonne et bruxelloise, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, des provinces, communes, intercommunales ou sociétés dépendant d’elles ».

M. Modrikamen pointe dans cette plainte, consultable ici  : 

  • la nomination de très nombreux mandataires dans des structures publiques et parapubliques; ce nombre étant volontairement et abusivement démultiplié par rapport à une saine gestion ;
  • les abus et délits commis à cette occasion (La plainte vise trois cas : Publifin, Brutélé, le Centre Informatique du Hainaut) ;
  • la rétrocession par ces mêmes mandataires d’une part, variable selon les partis (5 à 40%), de leurs émoluments aux asbl qui financent les partis.

Certains partis tiennent même un « cadastre des mandats et revenus ». C’est à un tel point que ces « revenus » constituent un part importante du budget des partis, au MR, au CDH, chez ECOLO et au PS.

Pour le PS, les 2.061.328 EUR de rétrocessions au parti dépassent le total des cotisations des membres (604.272 EUR) en 2015! Un véritable racket organisé qui couvre 16% du budget du parti!

Pour Ecolo, les 815.209 EUR de rétrocession au parti représentent même 20% du budget d’ECOLO.

Pour le Parti Populaire, il s’agit soit:

  • d’un délit de blanchiment, 
  • d’un délit de recel,
  • ou du délit d’organisation de malfaiteurs.

La Fondation Populaire et le conseiller communal de Verviers Bruno Berrendorf (également administrateur de Publifin) portent plainte d’un côté mais, proposition originale, le Parti Populaire propose aussi aux citoyens qui veulent agir et marquer leur colère ou leur réprobation vis à vis des partis traditionnels, de porter plainte dans une action groupée appelée « Mains propres » via le site web mainspropres.be. Cette action n’implique pas que l’on soit membre du Parti Populaire ou que l’on soit d’accord avec ce parti. C’est une action indépendante.

Il suffit de s’inscrire sans aucun frais, et sans coût pour les personnes qui déposent cette plainte conjointe pour l’Euro symbolique. Un avocat les représentera.

La plainte avec constitution de partie civile sera déposée ce vendredi matin. 

Pour Mischaël Modrikamen, avocat de renom lui-même, le but de la plainte est de créer les conditions dune opération « Mani Pulite » (mains propres) comme celle qui avait nettoyé la classe politique corrompue en Italie il y a 25 ans. Les plaignants ont voulu une plainte simple (texte en annexe) mais alimenteront le juge d’instruction des nouveaux éléments qui ne manqueront pas d’apparaître. Pour l’instant, c’est une affaire par jour!…

L.R.

Vidéo de la conférence de presse :

DIRECT : Lancement de l’opération #MainsPropresBE

Publié par Le Peuple sur jeudi 23 février 2017

 

Accès au site pour porter plainte dans l’action « Mains propres » : mainspropres.be.

Commentaires