Print Friendly, PDF & Email

Yasmine-Dehaene Modrikamen mène la liste n° 7 (Parti Populaire) aux élections européennes. Fait remarquable : elle est la seule femme à mener une liste dans ce scrutin crucial pour notre avenir. 

L’Europe est une belle, une grande idée. Elle fut accueillie avec enthousiasme par les populations qui avaient été entraînées dans deux guerres monstrueuses en un siècle.

L’erreur fut de la confier à certaines élites.

Aujourd’hui, l’Europe est devenue un énorme machin, échappant à tout contrôle, multipliant les dispositions contre les peuples.


Un exemple très clair : l’Europe est responsable de la ruine nos maraîchers. Elle a poussé au conflit avec la Russie et décrété des boycotts. Au nombre des interdictions, celle de vendre nos poires bien belges à la Russie. Vladimir Poutine n’a pas tardé à répliquer : il a encouragé le développement des arbres fruitiers en Russie.

Conséquence : nos maraîchers ne trouvent plus de débouchés pour le poires et envisagent d’abattre les poiriers… s’il leur reste suffisamment d’argent pour entreprendre une reconversion vers d’autres cultures… (voir le détail dans le reportage ci-dessus).

Faut-il rappeler les pantalonnades à propos du fromage de Herve ? Les producteurs ont dû mettre la clé sous la baratte. Les tartes au riz verviétoises se sont aussi retrouvées sous le rouleau compresseur de la sottise européenne. A cette occasion, on a pu voir la soumission des PS, MR, CDH et Ecolo aux diktats des eurocrates.

Réagir ! 

C’est dans le combat du changement que Yasmine Dehaene-Modrikamen s’est engagée. Il est urgent de rendre l’Europe aux gens. « Et commencer par les écouter« , aime-t-elle répéter, joignant la parole aux actes : on peut la voir parcourir les quartiers, les marchés, les brocantes, les rassemblements populaires.

Elle portera la voix, les espoirs dans les cénacles européens, bien décidée à changer la fatalité d’une Europe anti-citoyens, comme celle que prônent les Jean-Claude Juncker, mais aussi les partis traditionnels, sans projets, sans autre perspective que le profitariat et le clientélisme, l »enrichissement personnel et la veule soumission aux lobbys, notamment ceux dont les produits détruisent les sols et mettent notre santé en danger.

Agir, tel le maître-mot qui traverse la campagne de Yasmine Dehaene-Modrikamen pour les élections européennes. Agir pour les gens, d’abord. Et la seule femme à mener un combat en tête de liste. 

F.M.

Commentaires