Print Friendly, PDF & Email

Alors qu’il promet monts et merveilles pour les jeunes, les allocataires et les migrants, le PS a bloqué l’approbation d’une proposition de loi, soutenue par le Parti Populaire, visant à augmenter le revenu net des pensions.

Les partis traditionnels avaient mis en place ce que l’on a appelé le « piège fiscal de la pension ». En exigeant une « seconde lecture » de la proposition, le PS a retardé l’entrée en vigueur de cette augmentation du pouvoir d’achat des pensionnés. Cela vise plus de 100.000 d’entre eux.

De quoi s’agit-il ? La doctrine du PS vise à décourager les citoyens désirant travailler afin d’arrondir le montant de leur pension. Hé oui, il y a encore des gens qui aiment travailler – ce qui ne semble pas plaire au PS, puisqu’il fait tout pour les combattre.

Ainsi, un(e) pensionné(e) exerçant une activité complémentaire voit les revenus de ce travail absorbé par les impôts. De quoi l’inciter à aller à la pêche ou à suivre un cours (souvent payant) de macramé.

Une bonne nouvelle pour plus de 100.000 pensionnés

Une fois incluse dans la loi, la proposition déposée à la Chambre mettra fin à une injustice vieille de 30 ans, approuvée par tous les partis traditionnels : PS, MR, CDH, DéFI, Ecolo. Il a fallu attendre que le ministre N-VA, Johan Van Overtveldt, accède au poste de ministre des Finances pour que la situation se débloque.

Les projets du ministre ont sombré avec le gouvernement Michel, ce qui ne semble pas déranger les partis traditionnels, PS en tête. Sans la vigilance de certains parlementaires flamands, la proposition Van Overtveldt disparaissait dans les limbes du parlement.

Selon un analyste proche de la proposition de loi :  » Les bénéficiaires d’une pension minimum avec carrière complète, un groupe principalement composé de femmes, recevront désormais une pension supérieure de 10 % au seuil de pauvreté européen. La suppression du piège fiscal de la pension bénéficiera à de nombreux travailleurs à la pension moyenne, et la réduction de la cotisation de solidarité profitera aux pensions des fonctionnaires, à l’exception des plus élevées. Autre élément très important : continuer de travailler après la pension deviendra beaucoup plus intéressant« .

En dernière minute, le PS a déclenché des manoeuvres de retardement, au mépris de l’intérêt des pensionné(e)s. Ces derniers ne représente-ils/elles plus un réservoir suffisant d’électeurs pour la gauche ?

D.K.

 

 

 

Commentaires