Print Friendly, PDF & Email

Cela se passe en France, mais cela reste un symptôme de ce qui se passe aussi chez nous.

Les faits. Une certaine Hafsa Askar a publié un message sans équivoque : « On devrait gazer tout les blancs cette sous race »

Cette Hafsa serait une combattante de l’Etat Islamique, de retour en Europe, on se dirait : « Normal. Cela se voit : cette idiote ne maîtrise pas l’orthographe (« tous les blancs » et pas « tout les blancs » ; « sous-race » et pas « sous race ») ».

Mais Hafsa Askar est…vice-président de l’Unef, l’union des étudiants universitaires de ! L’Unef, c’est le tremplin pour accéder aux bonnes petites places bien rémunérées, sponsorisées par le PS – avec l’argent du contribuable. L’entourage d’Anne Hidalgo, maire de Paris, en regorge.

À déchiffrer l’orthographe de Hafsa Askar, habitante de Lille, ville dirigée par Martine Aubry, une « conscience » du PS (ou de ce qu’il en reste, on se dit qu’il suffit d’avoir un quotient intellectuel d’escargot de Bourgogne pour accéder à la vice-présidence de l’Unef.

Ce message, cela s’appelle du racisme, de l’appel à la haine et au génocide dirigé contre une seule communauté, qualifiée de « sous-race ».

On se dit : « Voilà du boulot pour toutes les assoc du genre Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, Mouvements contre le Racisme et, pourquoi pas, l’Amicale des Joyeux Lanceurs de Fléchettes, subsidiée par Martine Aubry. On pourrait même s’attendre à un commentaire outré des belges Alexis Deswaef (Ligue des Droits de l’Homme) et Carlos Crespo, PS et époux de Catherine Moureaux (MRAX).

Eh bien, non. Rien ! Silence radio ! Pas le moindre message du genre « Allo, Houston, nous avons un problème ». Les tribunaux n’ont pas été saisis. Pas un seul juge d’instruction ne s’est indigné, alors que dire « Il n’y a jamais eu de Celtes noirs et il n’y en aura jamais » a valu 4 ans de prison ferme au Breton qui a osé affirmer cette évidence…

Le racisme anti-blanc doit rester impuni. Comme dans les pays musulmans. L’Unef n’a même pas pris l’initiative de licencier immédiatement cette raciste génocidaire. Peut-être que, eu égard aux origines d’Hafsa, les Grandes Consciences ont estimé qu’il s’agissait d’une manifestation culturelle ?

Puisque même la grande presse moralisatrice et subsidiée n’en a pas fait ses choux gras, il faut en conclure qu’il est acceptable d’écrire et de publier sur les réseaux sociaux « On devrait gazer tous les …, cette sous-race », en remplaçant « blancs » par une autre ethnie présente sur la face du globe.

Mais, attention ! Ce petit jeu est interdit aux Blancs.

Qui devront peut-être se cotiser pour payer des cours de français et d’orthographe à « l’universitaire » Hafsa Askar.

A.D.

Commentaires