Print Friendly, PDF & Email

Mgr Léonard, un prélat de très haut niveau est régulièrement vilipendé, critiqué, entarté.

LéonardLa réalité correspond-elle bien à la détestation permanente qu’une certaine presse instille à son égard ? Notons d’abord qu’il y a un climat général et global dans notre société : la détestation et la critique permanente de tout ce qui est catholique.

La politique lèche-babouches des contempteurs du monde chrétien, relayés par le socialisme ambiant s’inscrit dans une démarche globale et conquérante de l’Islam en Europe où les églises disparaissent alors que les mosquées se construisent partout.

Mgr Léonard vient d’une famille chrétienne. Tous ses frères étaient prêtres. Orphelin très jeune suite aux bombardements de Namur, il est devenu un intellectuel de talent, professeur à l’Université de Louvain. Nommé évêque de Namur, on ne peut pas dire que ses premières années ont été de tout repos. Révoltes et coups tordus au sein de l’évêché ont été nombreux. Cependant, hors de la curie namuroise, son aura dans la population était grand. Les gens le disaient très proches d’eux, ses déplacements dans son diocèse étaient nombreux et il ne manquait pas de partisans. Mais ceux-là n’étaient pas chaque jour dans la presse comme ces braillards relayés par des journalistes complaisants ou les entarteurs professionnels.

La nomination de Mgr Léonard comme archevêque de Malines-Bruxelles n’était pas étonnante. Les qualités théologiques de l’homme sont indéniables et il ne manque pas de prestance. D’André-Mutien qui l’ancrait dans le terroir namurois, il est devenu André-Joseph pour s’ouvrir à tous les catholiques de son diocèse, y compris les néerlandophones dont il maîtrise la langue avec dextérité et élégance.

Au fond, « on », c’est à dire le cirque médiatique, les femen, les groupes anti-catholiques le considèrent comme doctrinaire. Mais que devrait-il faire ? Sauter comme un cabri sur sa chaise en disant que l’Islam est une religion d’amour, que Jésus est un faux prophète, tout cela pour être dans l’air du temps ? Soyons sérieux, son rôle est évidemment, comme pasteur de défendre les points de vue de l’Eglise et il le fait avec brio, récemment encore sur le thème de l’euthanasie des enfants rejetée aussi par des non-catholiques au Sénat comme le bourgmestre Armand de Decker-, une monstruosité juridique qui montre l’état délétère de la société dans laquelle nous vivons. C’est ce cap de défense de la vie que poursuit Mgr Léonard. Qui pourrait l’en blâmer ?

On sait aussi que Mgr Léonard n’est pas un prélat, se pavanant dans les ors de l’archevêché de Malines. C’est dans les doyennés, dans les plus petites paroisses qu’il exerce son activité de pasteur. Il loge très souvent chez les prêtres, mange simplement avec les paroissiens, c’est cela aussi Mgr Léonard.

On aura donc compris à la lecture de cet article qui a intérêt à donner de Mgr Léonard une telle image qui ne correspond pas à la réalité.

ABRAHAM LINCOLN

Commentaires