Print Friendly, PDF & Email

« Le 21ième siècle sera spirituel ou ne sera pas », cette phrase attribuée à André Malraux peut être jetée aux oubliettes. Ce siècle sera celui des données électroniques, du virtuel, de la réalité augmentée, des êtres et des objets connectés, des algorithmes de recherche et d’extraction. Vous serez, si vous ne l’êtes pas encore au pouvoir du « Big Data ».

L’acronyme GAFAM résume ceux qui possèdent la vraie puissance : surnommée « Big Data » et cela ne fait que commencer car d’autres vont s’y joindre et vont compléter la panoplie (Yahoo, Skype, IBM, des sociétés de logiciels hypersophistiqués, etc…).

Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft (GAFAM) sont les futurs maîtres de notre univers. Bien sûr, cette puissance ne se mesure pas en armées, en forces aériennes ou navales et en bombes atomiques. C’est plus subtil et semble moins agressif. C’est essentiellement commercial, mais c’est bien plus que ça. Ce sont toutes les données sur chacun d’entre nous. Ils détiennent sur vous des informations que vous-mêmes avez oubliées et peuvent en une fraction de seconde vous sortir le livre de votre vie. Nous caricaturons un peu, mais dans 10, 15 ans tout le monde se retrouvera dans cette situation (dans les pays suffisamment avancés).

Pourquoi ? Parce que tous les jours vous donnez des informations consciemment ou inconsciemment. Celles-ci sont stockées et des logiciels « experts » sont capables d’extraire les informations les plus confidentielles vous concernant.

Evidemment vous croyez que la protection de vos données est assurée. Certaines informations sont mieux protégées que d’autres. Mais il arrivera un moment où un logiciel extrêmement performant ira arracher de son contexte la donnée indispensable pour compléter votre portrait, vos attirances, vos croyances, vos idées, vos opinions, vos données personnelles les plus secrètes.

Vous ne nous croyez probablement pas… Vous serez un jour abasourdi de découvrir que l’on vous refusera une police d’assurance, ou qu’un employeur éliminera votre candidature, qu’une banque vous refusera un prêt ou à l’inverse vous aurez des sollicitations d’achats, de ventes ou de participation à des évènements inattendus.

Tous les jours 118 milliards de mails sont envoyés à travers le monde, 2,5 milliards de contenus sont postés sur Facebook. Des milliards de transactions bancaires sont réalisées dans les pays avancés. Ne parlons pas des SMS et des conversations téléphoniques, par des réseaux GSM ou autres, par Skype, etc…. Il suffit d’un mot clé pour déclencher un enregistrement même à l’insu des opérateurs.

Ne vous êtes-vous pas fait membre d’un certain nombre de groupements, de fan-clubs, d’associations ? Tout cela est enregistré. Beaucoup d’entre vous ajoutent des photos, des vidéos, des articles sur des « clouds » plus ou moins sécurisés (nous sommes enclins à dire « moins »). Tout cela est à la disposition de « Big Data ». Tous les jours des milliards de consultations sur internet sont soigneusement collectés et conservées dans d’immenses bases de données prêtes à restituer les données vous concernant.

« Big Data » peut aujourd’hui déterminer en quelques secondes les régions dans le monde affectées par un type d’épidémie, rien qu’avec un algorithme qui compile les recherches des internautes sur internet. Ceci est un simple exemple qui illustre les immenses possibilités dans tous les domaines.

Lors de vos connexions sur internet, vous recevez sûrement des publicités sur votre écran dans les domaines qui vous intéresse réellement. Ce n’est pas le fruit du hasard, c’est une des applications qui utilisent les données recueillies sur vous.

Tout le marketing futur sera basé sur les bases de données contenant les « tendances » de chacun ou de groupes. Dans un magasin, ou dans une exposition, un laser captera votre regard et en quelques fractions de secondes déduira ce qui attire votre attention, parmi les objets exposés. Un commercial sera prévenu de vos goûts par le dispatching dans son oreillette. Il saura comment vous aborder et les bons mots pour vous convaincre.

Apple est aujourd’hui la société qui est la première capitalisation mondiale : 470 milliards de dollars et Google s’en rapproche avec 400 milliards de dollars. Cette dernière société achète toutes les start-ups performantes qui s’occupent de NBIC (Nanotechnologies, Bio ingénierie, Informatique et sciences Cognitives). GoogleX travaille sur des projets dignes de la science-fiction : amélioration du génome humain, prolongation de la vie humaine, et bien d’autres choses confidentielles pour l’être humain lambda. Mais ce qui sera créé, sera monnayé cher.

Vous comprenez que ces sociétés détiennent le réel pouvoir et rien ne les arrêtera dans leur expansion. D’autant plus que lors des dix prochaines années vous verrez accroitre de manière drastique le nombre d’êtres humains connectés (capteurs biométriques médicaux, montres spéciales pour sportifs, lunettes à réalité augmentées, surveillance d’enfants, GPS personnels et évidemment tous les GSM et autres Ipad, Iphone, etc..).

Seront aussi connectés de plus en plus d’animaux, y compris la faune terrestre et marine sauvage suivies par les spécialistes. Mais l’autre phénomène qui existe déjà, et qui explosera : les objets connectés (logements, portes, voitures, camions, portiques, matériels roulants des aéroports, bagages, instruments de détections très variés…). Il est impossible de lister ici toutes les applications qui seront commercialisées prochainement, mais votre vie va en être transformée radicalement en bien ou ….. en mal.

Dans peu de temps l’empire GAFAM, qui aura sûrement changé de nom, parce qu’il aura intégré d’autres sociétés, fera tourner le monde. Ils seront capable de peser tellement sur les politiques que ceux-ci seront ligotés. Les dogmes politiques seront probablement remplacés par les dogmes GAFAM.

De tout temps, ceux qui avaient l’information en sachant l’utiliser, ont remporté le pouvoir. GAFAM – Big Data affirme son emprise !

JACQUES D’EVILLE

Commentaires