Print Friendly

Le citoyen-citron pressé en arrive à se plaindre du prix de l’électricité éolienne ? Des nuisances qui commencent à être reconnues par l’Académie de Médecine en France ? Des corruptions et escroqueries style Publifin en Belgique ? Aujourd’hui, 80 % du prix du kWh éolien vient des aides, primes, avantages fiscaux, priorité sur le réseau et autres Certificats Verts à prix artificiel (1)

Ces éoliennes en mer Baltique, seraient rentables sans subsidiation? Pourquoi la Belgique subventionne-t-elle encore massivement cette production?

Le lobby éolien mondial a trouvé la parade !  Il veut nous convaincre de ce que le futur éolien en mer est rentable, et ne demande donc pas le moindre subside….

Ainsi 3 des 4 dernières licences d’exploitation d’industries éoliennes en mer (offshore) allemandes prévoient que ces entreprises – jusqu’à 900 MW à installer – vivront de la vente d’électricité sans subventions.

En Belgique, ces usines sont subventionnées à plus de 15 centimes le kWh. Là, en Allemagne,  dès le départ, elles se contenteraient de 3,5 ct, prix de vente moyen de l’électricité !

Ne nous leurrons pas, un piège se cache dans la promesse des industriels concernés : l’Allemagne est devenue un exportateur (involontaire) important d’électricité… essentiellement quand il y a du vent.  L’Allemagne combine centrales à charbon ou lignite et éoliennes.  Les centrales au charbon sont toujours très peu souples  et inaptes à suivre les variations de régime du vent. (2) Il y a donc trop d’électricité quand le vent souffle vraiment et que les centrales au charbon-lignite continuent à en produire, ne pouvant faire autrement.

L’Allemagne exporte son électricité inutilisable vers la Pologne, la Tchéquie et autres pays pour s’en débarrasser et à prix réduit quand ce n’est pas à prix négatif. Cette situation représente une perte de 20 milliards d’euros en 2 ans pour les producteurs d’électricité! Et cela malgré le kWh le plus cher au monde pour un grand pays industrialisé…

Arrivera-t-on à nous faire croire que les usines éoliennes vont éponger par philanthropie ces pertes de 20 milliards d’euros en 2 ans, pertes uniquement liées aux énergies renouvelables que doivent subventionner (acheter) les producteurs d’électricité allemands ?

Si le kWh de l’Europe de l’Ouest coûte en moyenne 3,5 centimes, ce prix varie souvent de minute en minute en vertu des lois de l’offre et de la demande, et devient à l’occasion négatif.  Sachant que le kWh éolien fait tomber le prix quand il y a du vent, on peut difficilement imaginer que cette industrie est prête à accepter le prix réel au moment où elle fournit du courant…

En conclusion, cette question: le prix de l’électricité variant sans arrêt, l’électricité éolienne ayant quelquefois une valeur négative, veut-on vraiment nous faire croire que les industriels éoliens accepteront un prix négatif pour leur électricité?

Claude Brasseur

(1) En France, la partie visible de ces nombreux avantages est le prix garanti, en Belgique les Certificats Verts

(2) L’Allemagne aurait pu retenir les modèles souples de centrales au gaz adaptées aux éoliennes mais le gaz a été jugé trop onéreux et les centrales au gaz ont été fermées… Les centrales au gaz souples sont déjà  polluantes – moins que charbon ou lignite  – servent en Belgique et en France quand il n’y a pas assez de vent (ce qui est le cas en moyenne 80 % du temps). Elles font que l’énergie « verte » pollue finalement plus que l’énergie de centrales au gaz (turbine-vapeur) seules!  Il est donc impossible de combiner énergie éolienne et énergie relativement propre du gaz !!

Commentaires