Print Friendly, PDF & Email

La Corée du Nord sera donc bientôt capable d’envoyer des missiles intercontinentaux sur les Etats-Unis. Ils travaillent d’autre part à la miniaturisation de leur bombe nucléaire pour pouvoir la monter sur leurs ICBMs sans que la fusée ne se désintègre à la rentrée dans l’atmosphère. Le régime de Kim Jun Un n’a donc pas encore la capacité de bombarder les Etats Unis. Pas de panique…

La Corée du Nord mis au point un missile intercontinental, mais n’est pas encore capable d’y insérer une bombe atomique. Pas de panique…

Ce que la Corée du Nord demande, c’est que la Corée du Sud et l’allié américain renoncent à faire tous les ans l’énorme manœuvre militaire conjointe qui fait très peur à Pyong Yang. En échange, la Corée du Nord serait prête à cesser le développement de ses fusées intercontinentales. Le régime des psychopathes de Corée du Nord n’est pas fiable, mais pour des observateurs britanniques, cela vaudrait la peine d’essayer un an et de voir venir…

Quoi qu’il en soit, même si le Secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères, Rex Tillersson appelle au dialogue en déclarant que les USA n’ont pas l’intention de renverser le régime de la Corée du Nord, son patron, le président Trump, joue lui au « méchant flic » en déclarant quelques jours plus tôt : « je ne vais pas les laisser se doter d’un missile balistique intercontinental (ICBM) avec une ogive nucléaire pour frapper l’Amérique. » Pourtant, comme le déclare Lindsay Graham, sénateur républicain influent, « les Nord-Coréens en prennent la direction. Ils n’en dévieront que s’ils pensent qu’il y a une menace crédible d’option militaire sur la table »,

L’influent sénateur Lindsay Graham a entendu Trump lui dire clairement qu’il est prêt à stopper la Corée du Nord, par la force s’il le faut.

« Il y a une option militaire ; celle de détruire le programme nord-coréen et la Corée du Nord elle-même », a estimé l’influent « faucon » du Sénat. « Il y aura une guerre avec la Corée du Nord sur le programme balistique s’ils continuent de tenter de frapper l’Amérique avec un ICBM », a insisté Lindsey Graham, décrivant ses conversations avec Donald Trump. « Il me l’a dit. Je le crois », a-t-il assuré.

http://www.koreatimes.co.kr/www/nation/2017/08/103_233995.html

Pendant ce temps, les USA testent leur missile ICBM Minuteman III. Ils le font 4 fois par an depuis des années, comme la Corée du Nord vient de le faire… Comme d’habitude, faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Le président Trump serait prêt à carboniser la Corée du Nord, mais la seule voie de sortie est la diplomatie

Sans l’accord de la Chine et de la Russie, Trump jouerait à l’apprenti sorcier. Carboniser la Corée du Nord est maintenant dans les plans militaires de Trump si l’on en croit Lindsey Graham (membre du groupe Bilderberg). Au risque de faire payer la note aux Coréens du Sud.

Et après ? La Chine va-t-elle regarder une action décidée des USA sans rien faire ? On ressortira  le traité sino-nord-coréen de 1961 qui prévoit un soutien de la République populaire de Chine en cas d’attaque militaire contre la Corée du Nord. De plus, le rapprochement Russie-Corée du Nord est bien d’actualité. L’Armée nord-coréenne, en nombre de soldats et d’équipements est supérieure à l’armée russe. (voir ci-dessous) : force terrestre nord-coréenne : 950.000 actives, 12.000 chars de combat – Russie : 380.000 – 2.500 chars de combat. (La Chine : 1,25 million de militaires dans l’armée de terre – les USA : armée de terre active : 490.000) .

Kim n’est pas apprécié par Pékin, et même au sein du parti unique, les Chinois pourraient trouver des Alliés pour le remplacer à la tête du pays

Même si les USA disposent d’une supériorité technique relative (il faut acheminer les troupes sur place et les ravitailler …), ils partiraient perdants dans un conflit avec la Corée du Nord qui impliquerait l’entrée en guerre de la Chine. La Corée du Nord n’est pas la Syrie de Bachar el Assad où Trump peut jouer les gros bras sans danger de confrontation au sol.

N’oublions pas que malgré une nette supériorité technique, les USA ont perdu la guerre du Vietnam et la guerre de Corée (1950-1953) où les Coréens du Nord ont gagné la moitié du territoire coréen d’origine.

La solution au conflit Nord-Coréen/USA ne peut donc passer que par la voie diplomatique: c’est la Chine qui mènera la danse avec en tête ses propres intérêts : la Corée du Nord doit rester une zone tampon entre la Chine et les USA (via son allié Sud-Coréen).La réunification de la Corée n’est pas envisageable, le nucléaire Nord-Coréen pourrait être contrôlé par la Chine. Au mieux, on peut espérer la mise en place en Corée du Nord d’un pouvoir acquis à 100% aux Chinois.

Nous ne pensons pas que le président Trump irait jusqu’à  pousser sur le bouton rouge et déclencherait une guerre atomique, dont les premières victimes seraient les Coréens du Sud (Séoul est à portée des canons nord-coréens, sans parler des missiles). La situation est délicate et ne permet pas au gouvernement des Etats-Unis de ne rien faire. La solution passe obligatoirement par un accord avec la Chine…

P.H. et C.T.

La Corée du Nord :

Dépenses militaires : entre 20 et 25% du PIB : 10 milliards USD.

Militaires de l’active : 1 106 000 hommes (dont Forces terrestres : 950 000 soit 12 Corps d’Armée). Réservistes : 8 200 000

Force terrestre : Armes d’infanterie ; fusils d’assaut Type 98 (Type 68 et Type 58 pour les réservistes)

3 800 chars de combat, dont 2 750 T-54/55/59 (environ) ; 8 000 modèles plus récents de T-62 (Ch’ŏnma-ho), de T-72/80 (P’okpoong-Ho) et de chars légers de combat ; 250 T-34 hors d’âge (environ) ;

2 800 véhicules blindés (principalement des séries BTR russes et des Type M1973 chinois) ;

8 300 affûts d’artillerie lourde de 76,2 mm, 100 mm, 122 mm, 130 mm, 152 mm et des obusiers de 170 mm (environ) ; 2 200 lance-roquettes multiples de 107 mm, 122 mm, 132 mm, 240 mm (environ) ; 1 500 affûts antiaériens de calibres divers et variés allant de 12,7 mm à 80 mm (environ).

Force aérienne

Environ 800 bombardiers (types H-5 ; Iliouchine Il-28).

Environ 540 chasseurs (types MiG-17 /MiG-19 /MiG-21 /MiG-23/MiG-29 ; JianJiji J-5 Fresco/6 Farmer/7 Fishbed ; Fantan Q-5 ; Soukhoï Su-7/Soukhoï Su-25).

Environ 120 hélicoptères d’attaque (types Mil Mi-24 ; Hughes MD 500). Ces derniers ont été acquis au marché noir.

Environ 300 avions cargos de transport (types Antonov An-2 Colt ou sa copie chinoise/24 Coke ; Iliouchine Il-14/18/62M ; Tupolev Tu134/154).

Environ 300 hélicoptères de transport (types Hughes MD-500 ; Mi-2 Hoplite/8 Hip/17 Hip-H ; Harbin Z-5).

Force navale

La marine comporte près de 46 000 marins et à, en 2012, environ 524 unités représentant plus de 84 000 tonnes. Elle est articulée en deux flottes : la flotte de l’Ouest, la plus importante basée à Nampo (QG) ; la flotte de l’Est basée à Wonsan (QG).

Armée russe (fédération de Russie) :

Les Forces terrestres

Environ 380 000 soldats, ~2500 chars en service, 7000 blindés de combat et de transport de troupes, 5000 systèmes d’artillerie, 2400 systèmes de défenses AA.

La Force aérienne

Environ 150 000 soldats, ~1300 avions de chasse et de bombardement en service, 140 bombardiers lourds (y compris nucléaire), 130 avions de transport moyens et lourds, 16 Awacs, 19 ravitailleurs, 450 hélicoptères de combat, 550 hélicoptères de transport.

La Marine

Environ 130 000 hommes, 1 porte avion, 3 croiseurs, 12-15 destroyers, 13 SNLE, 17 SNA, 7 sous marin lanceurs de missiles de croisière, 19 sous marins diésel, 78 corvettes et patrouilleurs, 43 chasseurs de mines, 19 navires de débarquement légers et moyens.

Les trois services indépendants mais souvent « rattachés » aux forces terrestres:

Les troupes de missiles stratégiques, environ 18 000 hommes.

Les troupes aéroportées, environ 35 000 soldats russes sont stationnés à l’étranger et en mission de surveillance des frontières (18 000 à Kaliningrad)

Les troupes spatiales, environ 30 000 hommes, ingénieurs, chercheurs et scientifiques travaillant pour les Forces armées de la Fédération de Russie.

Commentaires