Print Friendly, PDF & Email

On s’en doutait depuis longtemps, mais maintenant c’est officiel : les inspecteurs du fisc belges reçoivent des primes au prorata des sommes récupérées chez les « fraudeurs ».

Nous mettons ce dernier mot entre guillemets, car il ne faut pas pavoiser. Les grands fraudeurs milliardaires, qui paient moins d’impôts qu’un indépendant pensionné, peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Les fiscards iront chercher la « fraude » chez un simple citoyen qui aurait oublié de déclarer 200 euros pour un travail exceptionnel en extra. On lui collera une amende à 100 % en plus de l’impôt qui aurait dû être levé. Ca, c’est de la justice fiscale.

Et attendez-vous à ce que ce cas se multiplie. Les inspecteurs des impôts doivent prouver leur efficacité : on leur demande de rapporter quelque 25O.000 euros par an. Soit, 250.000 euros de pénalités imposées aux « fraudeurs ».

Comme nos fiscards n’ont jamais brillé par leur efficacité à traquer les grands fraudeurs (entre autres, dans le domaine de la politique et des syndicats), il faut s’attendre à ce que la feuille d’impôts du citoyen lambda soit épluchée jusqu’au dernier cent.

Pour appauvrir le citoyen, on ne s’y prendrait pas autrement.

Et qui sait, vous vous retrouverez peut-être face à un inspecteur du fisc en pleurs, vous suppliant d’accepter une amende de 500 euros – ce qui lui permettra d’atteindre son chiffre de 250.000 euros pour l’année…

Ca, c’est de la justice fiscale !

Commentaires