Print Friendly, PDF & Email
Comme à la belle époque qu’il vénèrent (lorsque la gauche collaborait avec les nazis, à la fin des années 1930 et au début de la guerre), les gauchofascistes utilisent les méthodes des SA, les sections d’assaut qui imposèrent le nazisme en Allemagne. 
Le récit de l’agression a été repris dans les éditions du groupe Sudpresse, ce 8 octobre 2018 :
Tout a donc été essayé pour contrer la progression du PARTI POPULAIRE :
– boycott par les radios et télés ;
– boycott par les journaux subsidiés et autoproclamés « de qualité » (Le Soir, par exemple) ;
– fake news : mensonges sur le contenu du programme – pour le découvrir, cliquez ici ;
– mobilisation des associations subsidiées se réclamant avec usurpation de la résistance (Territoires de la mémoire, Triangle rouge, etc) ;
– fausses affirmations selon lesquelles le PP serait un parti d’extrême droite (voir les déclarations du multi-mandataire Olivier Maingain (14 mandats !), coq déplumé de DéFI)
Cela n’a pas suffi. Cette fois, les partis traditionnels passent à la voyoucratie et agressent nos candidats. C’est leur vrai visage : celui des gauchofascistes.
Ces exactions ne resteront pas sans retentissement judiciaire. Nos candidats sont plus que jamais mobilisés pour redonner le pouvoir aux gens. Et ce ne sont pas les agressions qui les feront taire ! 

Commentaires