Print Friendly, PDF & Email

A la RTBF, tous les coups bas sont permis pour dénigrer le PARTI POPULAIRE. Alors que le PP est interdit d’antenne sur la chaîne, qui vit grâce à l’argent de TOUS les contribuables, ses journalistes révèlent leurs vrais visages : ce sont des propagandistes qui n’hésitent pas à utiliser des méthodes indignes de désinformation. Que fait le Conseil de Déontologie Journalistique ? 

Un exemple vient d’en être donné à Liège. Nous vous laissons découvrir le message passé et sa version audio sur Facebook.

Il s’agit d’une fausse information (fake news) assez grossière, mais servie telle quelle par un certain Eric Dagonnier sur les ondes de la RTBF. Cette même RTBF qui donne le mode d’emploi pour annuler les votes qui se porteront sur le PARTI POPULAIRE.

Extrait du texte posté par la RTBF sur Facebook : Alors que risque-t-on pour la diffusion de publicité électorale au cinéma? La sanction peut aller d’un simple blâme à l’annulation des résultats pour la liste en cas de plainte d’un autre candidat ou d’un autre parti devant la commission des dépenses électorales du Parlement wallon. 

C’est ça, la démocratie revue et corrigée par les petits manipulateurs de la RTBF, à la botte des partis traditionnels qui les subsidient avec notre argent. « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose« , répétait Herr Doktor Goebbels

Le PARTI POPULAIRE n’a jamais financé la réalisation et/ou la diffusion d’un spot électoral, destiné au cinéma. Cela peut se démontrer très facilement – sauf pour les faux journalistes de la RTBF.

En effet, pour qu’une publicité passe dans une salle de cinéma, il faut établir un contrat, dûment signé par au moins deux personnes : un représentant du PP et le représentant d’une agence de publicité (ou la salle de cinéma elle-même).

Nous attendons que la RTBF (ou Kinepolis) nous montre ce contrat… qui n’existe pas. La moindre démarche journalistique aurait consisté à s’enquérir de ce contrat et de l’exhiber aux téléspectateurs. Mais cela n’a pas eu lieu, et pour une raison évidente : le contrat n’existe que dans l’esprit dévoyé d’Eric Dagonnier. Ce faux « sandale » est un coup monté, à la manière des nazis, qui étaient spécialistes du montage de fausses nouvelles pour dénigrer leurs adversaires.

Les journalistes de la RTBF sont bien des propagandistes. Ce qui est en contradiction avec les règles du journalisme. Il existe un Conseil de la Déontologie Journalistique (CDJ – voir ici les règles vertueuses de cette imposture) qui est appelé à juger de ces choses. Evidemment, il est tenu par ceux-là mêmes qui devraient être jugés : les rédacteurs de la presse « de qualité » et les représentants des chaînes de radio-télévision (Jean-Pierre Jacqmin – photo ci-contre -, directeur de « information » à la RTBF et Grand Inquisiteur du socialistement correct, en est le vice-président) en tête ! La dictature de la pensée unique sait comment faire taire tout contradicteur…

Afin de vous tenir informés du caractère de chien de garde de la pensée unique, joué par le CDJ, cliquez ici pour connaître la composition. Vous remarquerez qu’outre l’ineffable Jacqmin, on y retrouve, entre autres, Jacques Englebert, l’avocat de la RTBF qui agressa physiquement Mischaël Modrikamen en plein tribunal, en juin 2018 (voir ici le compte-rendu de cet acte de voyou). Avec de tels individus siégeant au CDJ, on peut être rassuré sur la haute idée que le CDJ se fait de la déontologie !

En résumé, la RTBF est une entreprise de contre-information et de mensonges subsidiés avec l’argent du contribuable. C’est bien pourquoi le PARTI POPULAIRE a i écrit à son programme la réforme complète de cette institution, digne des pires dictatures (nazisme, soviétisée), ou sa privatisation. 

Faut-il qu’ils craignent la montée du PARTI POPULAIRE, ces minables comploteurs prenant leurs ordres dans les états-majors du PS, Ecolo, PTB et autres partis traditionnels qui sentent arriver la fin de leur arrogante et anti-démocratique suprématie ! 

D.K.

 

 

 

Commentaires