Print Friendly

L’UNESCO n’est pas à son premier coup me direz-vous. Ce n’est pas une raison pour rester silencieux.

En mai, elle avait voté une résolution niant la souveraineté d’Israël sur sa capitale Jérusalem. En octobre dernier, l’UNESCO a adopté deux résolutions distinctes qui ignorent les liens bibliques et historiques juifs avec les sites sacrés de Jérusalem.

Le tombeau des Patriarches est maintenant le troisième site culturel de la « liste du patrimoine mondial en péril » de l’UNESCO enregistré frauduleusement pour le compte des Palestiniens.

Les deux autres sites sont le lieu de naissance de Jésus à Bethléem et le « paysage culturel du sud de Jérusalem », autour de Battir.

Hébron au patrimoine mondial : Lors d’un vote secret, l’organe culturel onusien a classé la Vieille Ville d’Hébron, y compris le Tombeau des Patriarches, site du patrimoine mondial palestinien en danger.

La résolution cynique et politisée de l’UNESCO.

Douze membres du Comité réunis à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour, six se sont abstenus et trois ont voté contre. Vu l’abstention, la majorité requise était de dix voix. Ce vote secret prouve l’hypocrisie et la faiblesse de ses membres, l’UNESCO vient de perdre le peu de crédibilité qui lui restait.

Le lieu est identifié au site biblique de Machpéla acheté par Abraham pour y enterrer sa femme Sarah puis les autres membres de sa famille. Il est appelé dans la tradition juive « grotte de Machpéla », en hébreu מערת המכפלה (ma’arat ha-makhpela).

Dans le livre de la Genèse ch.23, v.1 à ch.25, v.18 Abraham achète une sépulture pour sa femme Sarah. Il réalise ainsi la première acquisition juive de l’histoire en Terre d’Israël.

Cette organisation censé promouvoir la coordination de la coopération internationale en éducation, sciences, culture et communication afin de renforcer les liens entre les nations et les sociétés ne fait que son contraire en falsifiant la vérité historique, elle réécrit l’histoire à la demande des colons arabes de Judée qui n’ont absolument aucun lien historique avec cette ville, sinon l’avoir occupée.

Les messages de l’UNESCO relèvent d’une malhonnêteté pour la morale et la culture. Se soumettant aux exigences des dictatures arabes, elle manque une nouvelle fois l’opportunité de construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes.

Le Moyen-Orient est dans le chaos, ISIS détruit les sites du patrimoine mondial et que fait l’UNESCO ? Elle réécrit l’histoire en s’inspirant des plus gros mensonges palestiniens.

Depuis 2009, lorsque les Palestiniens ont gagné leur entrée à l’UNESCO (merci Sarkozy), leur stratégie a été de forcer l’UNESCO à considérer les sites sacrés juifs tels que le tombeau des Patriarches et le Mur occidental de Jérusalem — qu’ils désignent comme « Mur d’Al-Buraq », comme purement islamique.

En juillet 2016, une réunion du Conseil exécutif de l’UNESCO a adopté une résolution qui ignorait les liens juifs avec le Mur occidental et le Mont du Temple.

De toute évidence, cette manœuvre politisée et anti-israélienne fabriquée par l’Autorité palestinienne a un but clair: effacer toute présence juive à Hébron et, par conséquent, saper les liens historiques du peuple juif avec la terre d’Israël en général, puis exiger le départ des juifs d’une région « où ils n’ont rien à faire puisqu’ils n’y ont aucun lien. »

Dans une lettre adressée au professeur Jacek Purchla, président polonais de la prochaine réunion de Cracovie, le docteur Shimon Samuels du centre Simon Wiesenthal l’a exhorté à tenir compte des conseils du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), le consultant professionnel de l’UNESCO sur la conservation des sites du patrimoine mondial.

Une tentative palestinienne en 2012 d’obtenir le contrôle exclusif de l’Église de la Nativité à Bethléem — lieu de naissance de Jésus — avait été refusée par l’ICOMOS, qui a déterminé que l’église était bien entretenue par les autorités israéliennes.

Les Palestiniens devenus manipulateurs et maîtres incontestés du mensonge, s’approprient des sites bibliques et historiques juifs via l’UNESCO afin de faire croire au monde qu’ils ont une histoire. Le terrorisme est la seule histoire qu’ils puissent offrir. « Les Palestiniens sont un peuple inventé » avait d’ailleurs affirmé Newt Gingrich.

L’islamisation de Hébron et du tombeau des patriarches sont une honte

  • Hébron est mentionné 87 fois dans la bible, le mot hébreu « Hebron » est dérivé du mot hébreu haver « ami », une description pour le patriarche Abraham, qui a été considéré comme l’ami de Dieu.
  • Dans le livre Neviim (prophètes) » Livre de Samuel II (Shmouel 2) — Chapitre 5:5,1 toutes les tribus d’Israël vinrent auprès de David, à Hébron, et lui dirent: « Nous sommes ta chair et ton sang. »
  • En 1165, Moshe ben Maimon, connu sous le nom de Maimonides ou du Rambam, s’était rendu à Hébron : « Et au premier jour de la semaine, le 9e jour du mois de Heshvan, je quittais Jérusalem pour Hébron pour embrasser les tombes de mes ancêtres dans la Grotte de la Makhpela. »
  • Lors de la conquête de Canaan, Josué assigna Hébron à la tribu de Juda.
  • Après la mort du roi Saül, le roi David est monté à Hébron, d’où il a été oint roi et a gouverné Israël pendant sept ans, jusqu’à ce qu’il réussisse à conquérir Jérusalem et à proclamer la ville sainte pour être la capitale éternelle du peuple juif.
  • Pendant la période du Second Temple (vers 20 avant notre ère), le roi Hérode a construit une structure sur la Tombe des Patriarches qui est encore partiellement à jour.
  • Au cours de la révolte juive contre Rome (vers 130), Hébron a été le théâtre de combats intenses entre le peuple juif et les autorités romaines.
  • Les juifs ont continué à vivre régulièrement à Hébron pendant les périodes byzantines et arabes. Il existe même des preuves archéologiques de l’existence de synagogues de l’époque byzantine à Hébron, et les rapports des voyageurs témoignent de l’existence d’une communauté juive d’Hébron sous occupation arabe.
  • La Grotte de Machpelah, ou Tombeaux des Patriarches est le site juif le plus ancien du monde et le deuxième endroit le plus saint pour le peuple juif, après le Mont du Temple à Jérusalem.
  • Abraham, Isaac, Jacob, Rebecca et Léa ont été enterrés plus tard au même endroit. Ils sont considérés comme les patriarches et les matriarches du peuple juif. La seule qui manque est Rachel, qui a été enterrée près de Bethléem où elle est décédée lors d’un accouchement. Les musulmans croient que Joseph est également enterré ici, bien que les Juifs pensent qu’il a été enterré à Shekhem (Naplouse).
  • Hébron est vénéré comme l’un des quatre lieux les plus saints du judaïsme (Jérusalem, Safed et Tibériade) et les juifs y ont toujours vécu pendant des siècles jusqu’à ce que la petite communauté ait dû fuir les massacres barbares menés par des résidents arabes au début du 20e siècle.
  • En 1929, Hébron a été le lieu d’un massacre infâme de 69 juifs assassinés par des musulmans, incités par le célèbre mufti pro-nazi Mohammed Amin al-Husseini.
  • Après qu’Israël a repris la Judée durant la guerre des Six Jours en 1967, un certain nombre de familles juives sont venues renforcer la communauté près du tombeau des Patriarches.
  • Dans le cadre de divers accords de paix avec les Palestiniens, le gouvernement israélien a retiré sa présence de la majorité de la ville et lui permet désormais d’être administrée par l’Autorité palestinienne.
  • Malgré l’intifada de 2000 à 2005, la région juive d’Hébron est maintenant relativement sécurisée et les touristes sont libres de visiter la communauté et les sites bibliques juifs sous l’œil vigilant des Forces de défense israéliennes.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Danny Danon, a sévèrement condamné le vote de l’UNESCO.

« Cette tentative de séparation des liens entre Israël et Hébron est honteuse et offensante, et élimine le dernier reste de crédibilité de l’UNESCO. Dissocier Israël des lieux de sépultures des patriarches et des matriarches de notre nation est un étalage hideux de discrimination et un acte d’agression contre le peuple juif ».

« La décision de l’UNESCO sur Hébron et le tombeau des Patriarches est une souillure morale. Cette organisation sans importance promeut LA FAUSSE HISTOIRE. Honte à l’UNESCO », a écrit sur Twitter peu après le vote le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, Emmanuel Nahshon.

 

Le seul héritage des Palestiniens, c’est ce qu’ils tentent de voler de l’histoire des Juifs et des Chrétiens.

JEAN VERCORS

Source: http://www.dreuz.info/2017/07/11/le-terrorisme-culturel-des-palestiniens-a-lunesco/

Contact UNESCO :

  • Lucía Iglesias Kuntz, Service de presse de l’UNESCO, l.iglesias@unesco.org, +33 (0) 6 80 24 07 29 ou +48 574 645 560.
  • Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a. bardon@unesco.org, +33 (0) 6 80 24 13 56 ou +48 574 645 559

Commentaires