Print Friendly

Il y a encore des gens qui croient à l’importance des débats du dimanche sur les plateaux de télévision. Ces spectacles bien orchestrés rassemblent les copains des copains du monde traditionnel de la politique. Les organisateurs de ces foires aux paroles se gardent bien d’inviter Mischaël Modrikamen, président d’un parti de la rupture avec les pratiques obsolètes qui ont transformé la Belgique en un foutoir montré du doigt dans le monde entier.

Sur RTL-TVI, les experts « indépendants » font belle figure. Michel Henrion, ancien porte-parole de Guy Spitaels (PS), Alain Raviar, ancien porte-parole du CDH : avec des « indépendants » comme ceux-là, on ne risque pas les poropos dérangeants. Surtout que dans l’ombre veille le patron, Philippe Delusinne, copain comme cochon d’Elio Di Rupo !

Ce dernier dimanche, la vedette n’était autre que Notre-Dame des Débats, Laurette Onkelinx, larmes séchées, ne montrant guère de signes d’abandon de la politique politicienne. Ce non-événement devenait l’axe central de l’émission. Fabuleux !

Pendant ce temps, sur la chaîne publique flamande (VRT), Bart De Wever annonçait vouloir tout entreprendre pour aboutir à une Flandre indépendante. Et pour ceux qui auraient mal compris, il martelait : « Ne laissons aucun doute à ce sujet ». Il en profitait pour planter une banderille dans l’échine du gouvernement Michel : « Le courage de défendre les réformes fait parfois défaut.Cela dépendra de nous (N-VA, ndlr) et rien que de nous ».

Cela avait au moins le mérite d’être clair. Et un peu plus intéressant que les états d’âme de la châtelaine de Lasne, qui faisait la promotion de son beau-fils, Julien Uyttendaele, « valeur montante du PS », selon belle-maman.

Le samedi, Didier Reynders (MR) enterrait la Fédération Wallonie-Bruxelles. Après l’avoir portée sur les fonts baptismaux, le parti qui se dit libéral, s’est enfin aperçu que ces folies communautaires coûtaient un pont : « Vous imaginez ce que ça représente en termes de cabinets, de coûts ? ».

Sans le moindre doute, le Saint-Esprit est passé dans les couloirs de l’avenue de la Toison d’Or, à Bruxelles, siège du MR : « Il y a autant de ministres (à la Communauté) qu’en Wallonie. Je ne sais pas à quoi ils pensent en se rasant le matin, mais certainement pas à ce qu’ils ont à faire pendant la journée ».

Reynders, reconverti au Parti Populaire ? Cela fait des années que le PP dénonce la gabegie des multiplications insensées de niveaux de pouvoir. Et voilà que le MR (habitué à piller le programme du PP) reprend à son compte les critiques contre une institution inutile… qu’il a contribué à mettre sur pied !

Autre idée idée piquée au PP : refédéraliser certaines compétences passées aux Régions. Bref, en quelques phrases, Didier Reynders s’est tiré une salve de chevrotine dans le pied, reniant tout ce qu’il a adoré depuis des décennies. Bientôt, il nous expliquera que si les 11 millions de Belges crient « Boum ! » au même moment, nous pourrons faire croire que nous disposons de la bombe atomique.

Commentaires