Print Friendly, PDF & Email

Ils ont peur, les eurocrates ! Ils veulent faire passer à la charge le budget de l’Europe pour la période 2021-2027. Comme ça, le suffrage universel, aux prochaines élections de 2019, n’aura servi à rien. Au programme de ce budget : une augmentation de 200 milliards, à charge des Etats. Et 100 milliards pour un programme d’aide… aux « migrants » !

Il ne s’agit pas d’une fake news : le quotidien Le Monde (26/04) a relayé l’information divulguée par des journaux polonais, hongrois et tchèques – ces pays d’Europe centrale, qui « pensent mal »… mais qui réussissent, au contraire de la plupart des pays européens (dont la Belgique) qui servent la pâtée aux Juncker, Tusk (vous ne savez pas qui c’est ? Cela n’a pas d’importance), Verhofstadt, qui garde l’espoir de remplacer Juncker, etc.

Les pays à la botte des eurocrates se disent prêts à « demander un petit effort » à leurs citoyens. Dès qu’il s’agit de lever de nouveaux impôts, les différences idéologiques s’estompent comme par miracle, et tous les partis traditionnels tombent d’accord !

L’EUROPE A INVENTE L’IMPÔT EGOÏSTE : PAS UN EURO DES 200 MILLIARDS SUPPLEMENTAIRES NE SERVIRA AU BIEN-ÊTRE DES CITOYENS, MAIS AUX SEULS EUROCRATES ! 

L »Europe aura donc inventé l’impôt égoïste. Car les 200 milliards ne serviront pas à augmenter le bien-être des citoyens européens. Outre les 100 milliards jetés par les fenêtres sous lesquelles passent les migrants, les 100 autres milliards permettront aux commissaires, parlementaires et fonctionnaires européens d’augmenter leurs salaires et d’assurer le paiement de leurs pensions, qui sont déjà 11 à 18 fois plus élevées que celle d’un célibataire belge. Rappelons que ce dernier est le citoyen le plus imposé (jusqu’à 65 %) de l’Union Européenne.

Autre destination des 200 milliards de nouveaux impôts : engager de nouveaux fonctionnaires (!) et « punir » les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie), auxquels se joignent Malte et peut-être l’Autriche, ces pays qui empêchent l’invasion de leurs territoires par les « migrants ».

Tous les partis traditionnels (PS, MR, CDH, DéFI, Ecolo) sont prêts à soutenir et accepter ce nouveau racket européen sur l’argent des contribuables. Pour une raison très simple : ils ont tous des élus européens qui tiennent à leur place comme à la prunelle de leurs yeux ; ils ont donc intérêt à satisfaire les exigences de leurs maîtres eurocrates.

Le PARTI POPULAIRE s’oppose avec force à cette augmentation de 200 milliards d’impôts. A son programme, il a inscrit une révision complète du fonctionnement européen, au vu de ce qui se passe actuellement. Avec les partis euro sceptiques, privés de leur financement par une manigance des eurocrates, le PARTI POPULAIRE est le seul mouvement belge à défendre une Europe redevenue démocratique et uniquement soucieuse des intérêts du citoyen.

D.K.

Commentaires