Print Friendly, PDF & Email

Le domicile de Mischaël Modrikamen et le siège du Parti Populaire ont été perquisitionnés ce mercredi 8 novembre. C’est la quatrième fois que le Président du Parti Populaire subi une perquisition. Les trois premières ont abouti sur un non-lieu, c’est-à-dire, que les enquêteurs n’ont rien trouvé de contraire aux lois… parce qu’il n’y avait rien à trouver !

Nos ennemis s’acharnent, espérant que le show judiciaire jettera la suspicion sur le Parti Populaire et son Président. Tout cela coûte cher au contribuable : à chaque fois, une vingtaine de fonctionnaires mobilisés pour la perquisition. Triste manière de jouer avec l’argent public. Surtout si, lors de la dernière perquisition en date, on a emporté des documents qui avaient déjà été examinés minutieusement avant d’aboutir à un non-lieu !

Manifestement, il s’agit d’abattre un homme, Mischaël Modrikamen, et le Parti Populaire, dont le grand crime est de dire aux citoyens la vérité sur les réalités de la Belgique, de l’Europe, des hommes et des femmes qui y exercent leur pouvoir. Le PP n’est pas membre de ce club qui écrase d’impôts et de réglementations l’honnête citoyen, le travailleur, l’indépendant, le jeune entrepreneur, le pensionné.

Pour les forbans, qui baignent dans les scandales à répétition et s’enrichissent au détriment des contribuables, l’intégrité du Parti Populaire dérange. Il faut le faire taire pour tous les moyens. L’acharnement et le harcèlement se poursuivent.

Il ne s’agit pas de perquisitions, mais bien de persécutions.

Pourquoi ce harcèlement ? Le Parti Populaire dénonce les dysfonctionnements, les abus des gens en place, la véritable extorsion de l’argent du travail, les dérives de l’immigration.

Mais il propose aussi des solutions novatrices, raisonnables, réfléchies, chiffrées, applicables dès le lendemain d’une élection. Ce programme a été élaboré après vous avoir écoutés et bien décelé vos attentes, vos peines et vos espoirs. Cela dérange, car les partis traditionnels sont aussi les professionnels des promesses non tenues.

Pas un seul euro de salaire en 8 ans !

Les attaques contre Mischaël Modrikamen et son Parti Populaire portent souvent sur des questions d’argent. C’est un comble, venant de la part de partis politiques englués dans des scandales financiers à répétition !

Tant le Parti Populaire que Le Peuple n’ont rien à cacher. Leurs livres de compte sont exemplaires. Pas de dissimulation, pas de comptes au Paradis, à Panama ou en tout autre coin ensoleillé de la planète ! AUCUN parti n’est aussi transparent que le Parti Populaire, et AUCUN journal ne survit sur fonds propres, sans apport de subsides, comme Le Peuple. Cela, aussi, dérange un monde politique empêtré dans des scandales financiers. Ils sont arrosés d’argent public qu’ils s’attribuent en se servant dans la caisse de l’Etat !

Depuis qu’il a fondé le Parti Populaire, en 2009, son Président Modrikamen ne s’est pas attribué le moindre euro de salaire. Cela, certainement, dérange dans les autres partis, qui se sont octroyés 73 millions d’euros (chiffres pour 2013), sans lesquels ils ne survivraient pas !

L’indépendance financière de son président assure une autonomie et une liberté d’expression totales au Parti Populaire. Encore de quoi insupporter le clan PS/MR/CDH/DéFI/Ecolo/PTB !

Pourquoi cet acharnement judiciaire ?

Depuis la création du PP, en 2009, le domicile de Mischaël Modrikamen a été perquisitionné 4 (quatre !) fois ! Si les « visites » d’inspecteurs ont été médiatisées, les résultats de ces perquisitions ont été passés sous silence. Et pour cause : les enquêteurs n’ont rien trouvé !

Mais ces déploiements de force ont un but : salir la réputation d’un homme et d’un parti. En effet, ni la presse écrite, ni la presse audiovisuelle ne parlent du Parti Populaire… sauf, quand elles peuvent annoncer une perquisition – ce qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations. Elles se gardent bien de signaler l’absence de résultats.

Pourquoi cet acharnement judiciaire ? Parce que le programme du Parti Populaire et la libre parole du Peuple sont la preuve qu’il y a moyen de faire de la politique, autrement et au seul service du citoyen. Le PP ne vise pas à devenir une institution qui vit pour elle-même, comme c’est le cas pour tous ces partis (PS, MR, CDH, Ecolo, DéFI) vivant d’argent public qu’ils ne redistribuent même pas. Encore un aspect qui dérange, puisque le Parti Populaire se prononce sans ambiguïté contre le pouvoir des partis, mais pour la force des idées et des hommes et femmes qui les portent.

Cela vous menace aussi !

Peut-être pensez-vous que ce qui précède n’est qu’une soupe politicienne, une disputaille entre partis.

Détrompez-vous ! Parce que le Parti Populaire est différent et en rupture avec les partis manifeste Parti Populairetraditionnels, il est combattu par tous les moyens. Aujourd’hui, le clan au pouvoir s’attaque à un parti ; demain, il s’en prendra à tous ceux qui sont différents et ne se résignant pas à accepter les abus de pouvoir de ce clan.

C’est vous qu’ils viseront. C’est chacun d’entre vous qu’ils voudront abattre, au moindre signe de révolte contre l’injustice imposée. Et vous serez seuls pour affronter une énorme machine, broyeuse de votre liberté et de celle des générations futures. C’est le système qui fut utilisé par le nazisme et le communisme soviétique.

C’est contre le bulldozer du mensonge que se bat le Parti Populaire. C’est pour vous et votre prospérité qu’il persiste et signe. Voilà pourquoi les partis traditionnels et leurs relais dans le monde judiciaire veulent abattre un homme, Mischaël Modrikamen, et son parti.

Une cinquième perquisition a eu lieu. Au travers de Mischaël Modrikamen, c’est la liberté que l’on veut tuer. Votre liberté.

Nous continuerons le combat pour vous.

D.K.

Revoyez en live la conférence du Président du Parti Populaire Mischaël Modrikamen ci-dessous :

Commentaires